T'es une femme et tu sais pas twerker ?

© Thomas Lo Presti

En 2019, il sera difficile pour une femme d’évoluer dans un système et une société aussi complexes qu’est notre chère planète Terre si elle ne sait pas twerker. Parole de DJ.

 

C’est Martin Solveig qui l’a dit. C’était il y a deux jours (soit lundi 3 décembre au soir), lors de la cérémonie de remise du Ballon d’Or, récompense décernée au meilleur joueur de foot de l’année. L’évènement était diffusé en direct sur L’Équipe TV, que nous rebaptiserons ici Malaise TV, et autant vous dire que certains auraient préféré qu’elle ne le soit pas.

Outre le travail de présentateur-stagiaire de David Ginola, la soirée a été marquée par la prestation de Martin Solveig. Le DJ français aurait voulu que la salle se transforme en Tomorrowland, mais malheureusement pour lui, le public n’est allé que de déception en déception. Jusqu’à l’apothéose. Martin, après un enthousiasme frôlant la crise d’hystérie et une séquence "gênance ultime" au micro, décide alors de taper la bavette à Ada Hegerberg, première Ballon d’Or féminin de l’histoire et tout juste lauréate. Et de lui demander si elle sait twerker. En direct.

Quelle leçon avons-nous à tirer de cette question ? Peu, ou presque. Ignorons un instant les multiples combats que mènent chaque jour les femmes pour faire évoluer leur condition et ne gardons que les faits. En tout bien tout honneur, Martin Solveig a décidé de poser une question des plus banales. Parce que nous sommes (presque) en 2019, que le twerk est passé de tendance à véritable passion pour certains, enseigné par des professeurs de danse comme une véritable discipline. Quoi de plus naturel, donc, que de vouloir se renseigner sur les hobbies d’une joueuse de foot professionnelle, qui passe la plupart de son temps à taper dans un ballon et à s’entraîner dur pour – entre autres – voir le fruit de ses efforts récompensé d’un Ballon d’Or ? Touché, Martin.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Footbol (@footbol69) le

Le bellâtre n’aura pas manqué de s’excuser auprès de la belle. Elle qui, sur les réseaux sociaux, a tenu à rassurer sa communauté sur le fait qu’elle n’avait pas du tout mal pris la "blague" (désolé Martin, mais nous, on n’y croit pas). Ada Hegerberg reste fairplay et nous prouve une fois de plus qu’elle a bien mérité sa récompense. Martin Solveig, lui, aurait peut-être dû essayer de vieillir au lieu de se croire de plus en plus jeune et de passer pour un adolescent excité devant le monde entier. Et si la joueuse l'a fait, la France, elle, ne te pardonne pas Martin.