Le roller skate, ça existe encore, la preuve !

© Dazed / NTS Radio / Carhatt WIP

Le patin à roulettes (ou plus joliment appelé roller skate par nos voisins anglais) est une pratique devenue aujourd’hui presque insolite. On va rarement aller proposer à ses potes un roller-disco. Pourtant, cette subculture n’a jamais vraiment disparu, comme à Detroit, où les soirées Soul Skate réunissent roller-skaters du monde entier.

 

Quinze minutes de groove, de danse, de couleurs et de joie… Le média Dazed nous envoie sur les terres de Kenny Dixon Jr. – un certain Moodymann – et sa Detroit natale. Outre l’industrie, la techno et la Motown, le roller skate subsiste et continue de faire danser la Motor City.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Dazed (@dazed) le

Moodymann lui-même était un roller skater dans son enfance, avant d’y revenir plus tard. Passionné de funk, de disco, de Prince et pionnier de la house, il organise depuis 2007 les soirées Soul Skate. Voix-off de ce documentaire, il explique : « Le temps d’une nuit, tout le monde vient du même endroit : le roller skate. » Le monde entier envie ces soirées, certains font même le chemin deux fois par an jusqu’à Detroit pour y assister. « Pour danser et laisser tous ses problèmes sur la piste », précise un de ses fans.

Dans Soul Skate 2018, réalisé par Dazed en partenariat avec la webradio NTS, la caméra nous invite au cœur de cette subculture, à rouler sur la piste. Témoignages et démonstrations garantis. De Detroit à Londres, le roller skating existera encore le temps d’une soirée, parfois deux. Un moment parfois méditatif, qui rassemble et réunit sans barrière, sans préjugé.

Fin des articles