Coup de stress : les "capteurs anti-teufeurs" débarquent sur Paris

A priori, tout part d'une bonne idée : réduire les nuisances sonores à Paris. Sauf que depuis quelques années, cette fameuse guéguerre des riverains contre les fêtards, on commence à bien la connaître - on sait où elle commence, mais on sait aussi où elle (ne) s'arrête (pas).... Venons-en donc au fait : Bruitparif, l’observatoire du bruit en Ile-de-France, va s’armer d’un instrument «unique au monde» selon ses concepteurs. Une cinquantaine de «méduses», des capteurs anti-bruit de haute précision vont débarquer sur Paris. L'objectif ? Cibler avec précision l'origine des nuisances sonores (cafés, clubs, gentils drogués qui rigolent groupes de jeunes un peu trop bruyants)... et sévir en conséquence. Vous avez dit flippant ?

 

La méduse, quèsaco ? «Une antenne acoustique munie de quatre micros qui pourra identifier avec précision l’origine du bruit», apprend-on dans cet article du Parisien.«Fini le simple sonomètre qui enregistre globalement le bruit d’une rue sans distinction entre la musique, le passage d’une moto ou des conversations sur le trottoir.» Voilà a priori une bonne idée... sauf que quelques lignes plus bas, on apprend de la bouche de la directrice de Bruitparif que l'institut compte «mesurer seconde par seconde toutes les origines du bruit. Chacun pourra consulter les évolutions sur [leur] site, et des riverains seront équipés de petites télécommandes qu’ils déclencheront dès que les seuils de tolérance seront dépassés». Bonjour la milice du bruit.

 

La meduse antibruit

Coucou la méduse. Bientôt sur un lampadaire près de chez toi.

 

Bon, ne glissons pas non plus dans la paranoïa. Ce sont évidemment avant tout les établissements trop bruyants qui seront ciblés, plus que les simples citoyens. Les enseignes où ça festoie un peu trop fort seront ainsi sanctionnées après des «infractions sonores» répétées, et plusieurs établissements se portent d'ores et déjà volontaires pour l'expérience. Pour ce faire toutefois, l'institut compte réaliser un tableau de bord du bruit quotidien, quartier par quartier ; donc dans la plupart des endroits où c'est encore un peu rigolo de faire la teuf, l'ambiance risque d'être rapidement plombée...

 

Quoi qu'il en soit, les cinquante premières méduses arrivent à grand pas dans la capitale puisqu'elles seront installées avant l'été. Les quatre premières zones de test sont le Port de la Gare et ses péniches en bas de la BNF (Paris 13ème), le Carreau du Temple et ses rues avoisinantes (Paris 3ème), la place Sainte-Catherine (Paris 4ème), le canal Saint-Martin (Paris 10ème), plus un cinquième quartier non encore dévoilé. Suspense...