Le festival Area 217 annulé à la dernière minute par arrêté préfectoral

© L\\\'Amicale des anciens des essais en vol / Facebook Area 217

On connaît la terrible manie de l’administration d’interdire des festivals quelques jours avant leur lancement. Comme si tout ce petit monde se faisait un gras plaisir à accorder des autorisations pour finalement changer d’avis à la dernière minute. Palpitant, messieurs-dames. C’est malheureusement le Festival Area 217 qui en paye cette fois-ci le prix. Shame.


A peine une semaine avant le coup de feu de ce qui aurait dû être l’un des festivals les plus fous de cet été et après des mois d’organisation et de com’, tout s’écroule. La faute à l’Etat d’urgence, paraît-il. Area 217 ne verra pas le jour sur décision de la préfecture de l’Essonne.

Alors que le Download Festival s’est tenu au début du mois sur cette fameuse base aérienne 217 du Plessis-Pâté, Area 217 ne bénéficie pas du même traitement. Dans un communiqué de presse, la Mairie de Brétigny-sur-Orge justifie cette décision inattendue, condamnant des « conditions de sécurité prévues bien trop faibles par l'organisateur face aux demandes de la Préfecture pour un événement de ce type » alors que celle du précédant événement, qui avait lui rameuté quelque 120 000 festivaliers, avaient été jugées « satisfaisantes et avaient permis à l’évènement de se tenir, avec grand succès ».

C’était tout de même 80 artistes, six scènes et plus 70 000 m2 dédiés à toute la frange électronique plus ou moins underground qui devait animer la région du 30 juin au 2 juillet prochains. Dans une autre communiqué, Tommy Vaudecrane, organisateur du festival, explique finalement que « Le fait que des individus susceptibles d'être en lien avec l'auteur de l'attentat survenu à Paris le 19 juin 2017 puissent résider à proximité ou fréquenter les alentours du site où devait se tenir le festival ont rendu encore plus complexes les conditions d'organisation »…

Si tout le monde souhaite ne pas arrêter de vivre comme avant, les exactions de certains abrutis commencent très sérieusement à altérer l’harmonie de tous. On se réjouissait d’enfin accueillir un événement culturel et musical d’une telle envergure en région parisienne sans se douter qu’il finirait avorté de cette façon. Espérons donc simplement que ce n’est que partie remise.