C'est prouvé : les Français sont les champions ultimes du date

undefined 26 février 2018 undefined 16h19

La Rédac'


Vous pensiez que les Français n’étaient pas galants pour un sou ? Eh bien vous aviez tort ! Via une enquête menée par OnePoll, l’appli de paiement social Circle Pay s’est intéressée aux dépenses liées aux dates et a ainsi comparé les dépenses des Français avec celles des autres pays où l’application est présente, et le résultat est sans appel : les Français sont les plus au taquet quand il s’agit de faire des rendez-vous amoureux !

Une publication partagée par Hyann (@m.hyann) le

Avec environ 14 dates par an, on remporte la palme, et on est surtout les plus généreux en dépensant en moyenne 63,90€ par rendez-vous. Les Anglais par exemple dépensent presque 2 fois moins avec une addition à 37,30€. 

Les Français ont beau cumuler les dates, ils considèrent malheureusement que plus de 2 sur 14 sont "ratés", et 44% des Français disent même regretter d’y avoir dépensé de l’argent... Cependant, ils n’iraient pas demander un remboursement pour autant ! 80% affirment qu’ils n’oseraient pas le faire, mais s’ils le pouvaient, 1 sur 4 demanderait un remboursement en face à face. Les millennials quant à eux sont 42,2% à demander ce remboursement via une application de paiements entre particuliers. 

En plus d'être plutôt dépensiers lors du date, les Français sont prêts à investir presque trois fois plus pour s’y préparer (soit 177,80€) ! Ces frais incluent les frais de transport (14,01€), l’achat de nouveaux vêtements (48,49€), la mise en beauté (75,95€) et l’achat de moyens de contraception (13,93€).

Quid de l'addition ? Au moment fatidique, 39% des Français (et presque 1 homme sur deux) sont "totalement d’accord" avec le fait que les hommes devraient forcément proposer de régler l’addition dans sa totalité... Autant que ça ?!


* Analyse basée sur les résultats d’une étude internationale menée par l’institut de
sondage OnePoll entre le 17.01.2018 et le 25.01.2018 auprès d’un panel de 1000 Français. L’étude a également été menée auprès de panels de 1000 personnes en Irlande, Etats-Unis, Italie, Espagne, Allemagne et Royaume-Uni ; aux mêmes dates.