5 méthodes pour être plus heureux (c'est la science qui le dit)

Si vous faites partie de ces gens qui souffrent d'anxiété estivale au point de mal dormir la nuit, d'avoir envie de jeter violemment votre verre de Spritz au visage de celui qui vous demande si « tu veux pas faire une pétanque au canal ? » et que vous préféreriez hiberner jusqu'en septembre, vous êtes au bon endroit. Le Psychological Bulletin a réuni les publications de plusieurs scientifiques travaillant sur la vaste question du bonheur. Voici quelques tips pour tirer le meilleur de vous-même.

Sachez-le, pour être bien dans son épiderme, il n'y a pas 36 solutions : les principes de base sont un sommeil régulier et suffisant (de 6 à 8 heures selon les individus), un niveau de stress pas trop élevé (on sait qu'à Paris, c'est un peu compliqué) et une alimentation équilibrée. On n'ira pas jusqu'à vous dire d'aller à l'église (et on ne citera pas Bruce Headey, professeur agrégé à l'Université de Melbourne qui a constaté que les croyants déclaraient être « plus heureux et plus satisfaits de leur vie ») mais vous pouvez quand même faire quelques efforts. À commencer par...


Se fixer de nouveaux objectifs

Il y a autant de réussites que d'individus sur Terre. C'est non seulement beau, c'est aussi vrai. À en croire le psychologue britannique Jonathan Freedman, les personnes qui se fixent des objectifs (qu'ils soient à court ou à long terme) sont plus heureuses que celles qui ne s'en fixent pas. Pour ce scientifique, avoir un projet, en plus de donner du sens à vos actions, donne une structure de vie, instaure des habitudes rassurantes ainsi que de fortes relations sociales. Qu'il s'agisse de monter votre boîte ou de donner votre dem' pour partir retaper une vieille bicoque dans le Périgord, soyez ambitieux, vous serez heureux. Logique, comme sur des roulettes.


Dépenser pour les autres

C'est mieux si vous avez remporté la boîte à 500 000 dans A prendre ou à laisser (ou que vous gagnez le même salaire qu'Arthur ou Julien Courbet), mais sinon les petites attentions marchent aussi. Comme dit votre pote à l'approche de son anniv', "quand on aime, on ne compte pas". Plus sérieusement, « Les gens les plus heureux étaient les plus grands donateurs, peu importe ce qu'ils ont gagné », indique le Psychological Bulletin qui démontre également que l'on se sent mieux après avoir « fait un don à des organismes de bienfaisance » ou « donné aux autres » plutôt qu'en dévalisant le premier magasin de sapes venu. Non pour ça en plus, il y a les fripes.


Être neutre et laisser son avis de côté

On les comprend ces gens qui restent muets en écoutant leurs comparses s'élancer dans des conversations soporifico-engagées entre 4 et 6 heures du matin ou au cours des réunions de famille. D'ailleurs, le docteur Deepak Chopra explique dans La dernière ordonnance du bonheur : 7 clés pour devenir joyeux que vous pouvez « gagner jusqu'à 99 % de votre énergie psychologique, et vous sentir plus heureux, si vous arrêtez de défendre votre point de vue ». En clair, fermez-là, de toute façon personne ne s'écoute pendant ce genre de discussions. Ecrivez plutôt des livres ou des articles sur le sujet, les gens vous liront et vous aurez plus de poids dans le débat, sans même avoir à ouvrir la bouche.


Faire de nouvelles expériences

D'après les treize chercheurs, ceux qui partent le plus souvent à l'aventure, tentent de nouvelles expériences ou même goûtent de nouveaux mets culinaires sont plus heureux que les autres. Pour la simple et bonne raison qu'apprendre des choses maintient la stimulation du cerveau et provoquent la curiosité. Du coup, prenez des risques culinaires, partez en road trip, baladez-vous à poil ou faites la fête en banlieue, tout ce qui compte c'est que vous sortiez de vos carcans. En fait, pour être heureux, lisez le Bonbon


Tomber amoureux 

Parmi les personnes interrogées, celles qui sont en couple sont en moyenne plus heureuses que les célibataires. Elles mentionnent le fait d'avoir quelqu'un sur qui on peut se reposer, qui les écoute et les aide dans les moments difficiles. Ceci dit, vu la douleur de la rupture, on vous conseille de vous laisser aller sur le plan sentimental, et plutôt que de forcer les choses, de tomber amoureux d'un auteur, d'un réalisateur ou de tout ce qui ne peut pas vous tromper un soir d'ivresse.

Et d'un autre côté, une étude menée par Bella DePaulo, psychologue et professeur à l’université de Santa Barbara en Californie, montre qu'être célibataire par choix nous rendrait plus heureux que d'être en couple.


Au final, peut-être que pour être plus heureux, il ne faut pas toujours suivre ce que dit la science.