Veganuary : le Dry January pour inciter les Niçois à devenir vegans

Après le Dry January, place au Veganuary. Ce samedi 15 janvier, les Niçois vont pouvoir découvrir le stand Place Masséna de l'association de défense des animaux L214. Sur place, les bénévoles auront un défi à relever teinté de bonnes résolutions : végétaliser son alimentation durant un mois grâce à Veganuary. Le défi du mois veggie est proposé simultanément dans plus de 35 villes de France. Alors, caps ou pas caps ? 

Qui dit mois de janvier, dit veganuary, ou le défi de passer un mois entièrement végétalien. Pas facile au premier abord, et pourtant, cela ne demande que quelques ajustements pour manger sans cruauté. Allez, juste pour vous, voici nos tips pour végétaliser une alimentation sans frustrationUne opération, type challenge a été lancée par l'association lilloise de défense des animaux L214. À cette occasion, les bénévoles vont se mobiliser ce samedi 15 janvier à Nice (et dans plus de 35 villes de France) pour lancer le défi aux Niçois. En 2021, plus de 580 000 personnes dans le monde ont relevé le défi Veganuary. Objectif : battre ce record en 2022.

Les personnes inscrites seront accompagnées par mail pendant 31 jours. Recettes vegan, idées de menus complets faciles à réaliser, listes de coursesastuces pratiques ou encore conseils nutritionnels : le défi met un point d’honneur à amener cette découverte de la cuisine végétale avec douceur et gourmandise. Cette action a également invité les personnes à reconsidérer leur consommation de produits animaux et leur permettra de dissiper les préjugés qui entourent encore parfois l'alimentation vegan. Les résultats de l'année précédente sont probants.  Six mois après avoir tenté l’aventure en janvier 2021, 82 % des participants (non vegan au moment de l’inscription) ont drastiquement réduit leur consommation de produits animaux.

Le défi Veganuary pour la 2e année en France

L'initiative, lancée en 2014 par l'ONG anglaise Veganuary a lieu pour la deuxième année consécutive. Pour faciliter la réussite du challenge, elle a proposé à plusieurs acteurs du monde de la restauration et de la grande-distribution (Monoprix, Carrefour,  Starbucks ou encore Uber Eats) de développer et valoriser leurs offres végétales tout au long du mois de janvier.

Comme le rappelle le dernier rapport du GIEC, manger végétarien serait 6 fois plus efficace que manger local pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Manger végétal est aussi le meilleur moyen d’agir pour épargner aux animaux de brutales conditions d’élevage et d’abattage : en 2021, les milliers de participants à Veganuary ont laissé plus de 2 millions d’animaux hors de leurs assiettes

 L214

Fin des articles