Atteindre la parité hommes-femmes au travail va prendre plus de 200 ans

D’après un rapport du Forum économique mondiale, il faudrait 108 ans pour éliminer les inégalités hommes-femmes et 202 ans pour réduire l’écart au travail. Ce qui est sûr, c’est qu’on ne sera pas là pour le voir…

Même si les inégalités de salaires se sont légèrement réduites cette année par rapport à 2017, le constat reste bien négatif. L’égalité hommes-femmes dans le monde du travail, ce n’est pas pour tout de suite (du tout). Cette étude se base sur les infos de 149 pays. La bonne nouvelle, c’est que les salaires ont un petit peu augmenté pour les femmes cette année, mais en parallèle, l’écart entre les genres s’est élargi pour la première fois depuis 10 ans. Pour ce qui est de l’égalité dans le domaine politique ou l’accès à la santé et à l’éducation, on n’y est pas encore… C’est un pas en avant, deux pas en arrière.


On y croyait, au changement…

Les femmes avançaient… En matière d’éduction, de santé et de politique, la gent féminine progressait un peu chaque année. Mais pas cette année, où les chiffres ont baissé dans ces trois domaines selon le rapport de la WEF.

Seulement 34% de femmes occupent des postes de direction. Cependant, proportionnellement, il y a moins de femmes que d’homme sur le marché du travail en raison de l’automatisation des postes tenus par celles-ci. Sans surprise, les femmes sont aussi sous-représentées dans les secteurs d’activités en croissance qui nécessitent des connaissances en science, en technologie, en ingénierie ou encore en mathématiques. Eh oui, vous imaginez bien qu’avec un accès restreint à l’éducation, c’est plus compliqué d’arriver à des postes qui nécessitent un high level de connaissance.


Les grands gagnants et perdants du rapport

Les chiffres sur la parité diffèrent selon les pays. Par exemple, l’Europe de l’Ouest pourra combler l’écart en 61 ans alors que le Moyen-Orient ou l’Afrique du Nord en auraient pour encore 153 ans. En tête, on retrouve l’Islande, la Norvège, la Suède et la Finlande. En revanche, la Syrie, l’Irak le Pakistan ou le Yémen sont encore à la traine. La France est à la 12e place, et prend la tête du classement des plus grandes économies du monde alors que les États-Unis régressent encore et passent de la 49e à la 51e place.


La lutte n’est pas finie, hors de question de donner raison à ces chiffres. Hommes comme femmes, il faut œuvrer pour l’égalité. On va bien finir par y arriver ! 

Fin des articles