ALERTE ! Une pénurie de bière annoncée en Europe

On a d'abord cru à une de ces fameuses fake news qui innondent nos murs à longueur de journées, et puis non. Voilà que la nouvelle d'une pénurie de bière en Europe a été reprise par plusieurs journaux britanniques dont le Financial Times et relayée par Courrier International. La bière pourrait vraiment venir à manquer les amis. En cause : la fermeture de plusieurs sites d’ammoniac. On vous explique.


Vendredi 22 juin, 7h. Marco se réveille en sueur, encore secoué par son cauchemar, qui lui paraissait si réel. Maintenant qu’il a les yeux bien ouverts, ses peurs nocturnes lui semblent risiblement absurdes. Il sourit, apaisé, en repensant aux visages des patriotes accablés, aux familles dévastées qui ont hanté sa nuit au scénario apocalyptique.

Dans celui-ci, l’Europe était touchée par une terrible pénurie de bières. Les usines de CO2, vitales à la production de la bière, fermaient. Privée de son suc mousseux, Paris prenait alors des allures de chaos monumental. Les vols de bières à l’arrachée se multipliaient rue de Lappe. Les habitants, contraints de se rationner, tendaient en suppliant leurs verres à bière vides dans les métros. Les bistrots, abandonnés par le divin breuvage, prenaient des allures lugubres de couvents. La joie avait déserté la capitale ; le Mondial était anéanti.

Marco sourit en se remémorant ses pensées extravagantes. La journée s’annonce belle, lumineuse, il allume la télé en rêvant au prochain match quand soudain...  

Marco apprend ce que nous avons nous-mêmes découvert ce matin, à savoir qu’une pénurie de bière est véritablement annoncée par plusieurs médias étrangers.

En cause, la fermeture de cinq importants sites de production d’ammoniac, qui dote de bulles les boissons, dans le nord de l’Europe pour maintenance. Le Royaume-Uni serait le pays le plus affecté avec le maintien d’une seule de ses grandes usines de CO2. La bière en pression, souvent stockée en fûts, nécessite elle aussi du gaz, injecté dans les contenants en acier pour en expulser le liquide. Pas de salvation non plus par la bière en pression donc...

La pénurie, qui se fait déjà sentir chez les brasseurs outre-Manche et en Russie, arrive à la plus mauvaise période de l’année avec la Coupe du Monde. Comment nos sensibles supporters vont-ils survivre à l’absence de cet ingrédient clé du mondial, aussi indispensable que la pizza ou les chants pendant les matchs ?

Devant les heures sombres qui s’annoncent, on vous conseille de faire le plein de bière, il se pourrait bien qu’elle devienne la nouvelle boisson rare & pricey des room services. Les plus rusés y verront une occasion d’investir, en les revendant à prix d’or sur ebay ou Leboncoin comme ce fut le cas jadis du beurre.

🍻#pubanglais

Une publication partagée par Julien Ferreira (@julienferreira__) le

Pour noyer votre peine, vous pourrez toujours vous rabattre sur le champagne, la future boisson du pauvre.