Des locataires demandent à être relogés à cause de leur immeuble... hanté

Dans un immeuble HLM de Fontenay-aux-Roses, dans les Hauts-de-Seine, dix locataires ont écrit à la mairie pour demander un relogement d’urgence. La cause ? L’immeuble est hanté. 

« Who you gonna call ? Ghostbusters ! », c’est bien de cette armée là qu’auraient besoin les habitants de ce HLM. Dans cette cité typique des années 60, située au cœur des Blagis, ce n’est pas le lieu de prédilection des fantômes. Pourtant, cet immeuble est le théâtre de phénomènes paranormaux les plus étranges. Digne de Conjuring ou Paranormal Activity, on irait bien avec notre détecteur EMF et notre planche de Ouija percer le mystère de cette bâtisse. 

Une présence hante l’immeuble

Du 1er au 5e étage, les locataires disent sentir une présence et être témoin d’évènements inexplicables. Certains voient des choses, d’autres en tombent même malades. Meubles tirés au sol, bruit de pas, coup portés dans les murs, chatouilles… ce n’est que le début de l’énorme liste de phénomènes paranormaux avec lesquelles les locataires cohabitent tous les jours. C’est la présence qui serait au cœur des phénomènes, cette ombre, cette personne au visage flou que croisent les habitants dans les cages d'escaliers et dans leurs appartements. Elle vivrait dans ce logement inhabité où la lumière reste allumée, et où ses déplacements font griller les ampoules. 

Ces apparitions serait liées au décès d’un locataire en avril 2019. Gilles, 72 ans, qui semble avoir cristallisé le phénomène. Selon les habitants, il avait des dons de magnétisme et voyait souvent des fantômes. Cette homme décrit comme mystique aurait-il ouvert une porte vers un autre monde ? 

Un courrier au maire

Ces phénomènes deviennent de plus en plus troublants au point où les habitants ne demandent qu’à partir. Le 23 mai dernier, un courrier signé par dix locataires est envoyé au maire de la ville, certifiant que leur immeuble est bien hanté. Depuis les langues se délient, les locataires expliquent leur mal-être, ce sentiment de dépression, qui en pousse certains à penser au suicide. Une voix leur indique de passer par la fenêtre plutôt que par la porte. Ensemble, les habitants partagent leur astuce pour chasser les mauvais esprits, comme mettre du sel au pied de leur porte d'entrée.

Que l’on croit aux esprits ou non, quelque chose semble bien déranger ces habitants. En quittant les lieux ont peut vite se poser des questions. Est-ce un locataire qui nous regarde par la fenêtre ou cette présence qui nous observe ? En tout cas ces interrogations nous laissent des frissons dans le dos.

via GIPHY

Fin des articles