La PMA désormais ouverte à toutes les femmes

Un grand pas pour les femmes désireuses d'avoir un enfant, et un autre pour la bioéthique française dans la foulée. Ce vendredi 27 septembre, l'ouverture de la Procréation Médicalement Assistée (PMA)à toutes les femmes a été votée par l'Assemblée nationale à 55 voix pour et 17 voix contre, avec 3 abstentions.


Si cet ensemble de pratiques est actuellement réservé aux couples hétérosexuels, la PMA est désormais accessible aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires, et sera remboursée par la Sécu. 

La PMA consiste en plusieurs pratiques cliniques et biologiques où la médecine intervient dans la procréation : l'assistance médicale à la procréation (comme l'insémination artificielle) utilisée par des couples infertiles ou ne pouvant sans danger avoir un enfant, la fécondation in vitro (FIV) et la gestation par autrui (GPA), renvoyant aux méthodes de PMA dans lesquelles l'embryon est implanté dans l'utérus d'une femme tierce (dite souvent "mère porteuse"), interdite en France.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par The Body Optimist (@thebodyoptimist) le

Concernant les critiques faites dans l'hémicycle, des députés, principalement à droite et à l'extrême droite, ont dénoncé une « PMA sans père » qui, selon eux, conduirait inévitablement à la gestation par autrui (GPA), même si le gouvernement ne cesse de répéter que celle-ci reste « un interdit absolu en France ». À l'inverse, la majorité et la gauche soutiennent dans l'extension de la PMA une « mesure d'égalité », et qui permet d'adapter le droit à l'état de la société.

La PMA est déjà autorisée aux femmes célibataires et aux couples de lesbiennes dans dix pays de l'Union européenne (sur 28) : Portugal, Espagne, Irlande, Royaume-Uni, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Danemark, Suède et Finlande.

Fin des articles

Paramètres des cookies