Fantastic Fetus, le jeu qui défend le droit à l’avortement

En Pologne, militer pour le droit des femmes est devenu plus que nécessaire, indispensable. Une jeune développeuse a créé un jeu vidéo, engagé, dans lequel il convient de s’occuper d’une femme durant ses neuf mois de grossesse.


Alors qu’on a clairement eu l’impression d’avoir basculé dans un mauvais cauchemar en apprenant que l’Alabama souhaitait interdire l’avortement (même dans les cas les plus extrêmes – viol, inceste...), la Pologne interdit quant à elle ce droit depuis 1993. Aleksandra Jarosz, jeune conceptrice issue de l’Académie des beaux-arts de Katowice, a créé un jeu en s’inspirant du mouvement polonais Black Protest aussi appelé Czarny Protest, qui depuis 2016 voit régulièrement des femmes vêtues de noir manifester pour leurs droits à l’IVG.

Fantastic Fetus d’Aleksandra Jarosz est un symbole de solidarité envers ses consœurs polonaises, mais également américaines, et à toutes les autres femmes qui ne peuvent pas prendre le contrôle de leurs vies, par abus de pouvoir des soi-disant bien-pensants.


Engagé jusqu’au graphisme

Avec Fantastic Fetus, on a vraiment l’impression de jouer avec un Tamagotchi, et pour cause, l’inspiration est assumée : la mère dont on doit s’occuper se nomme TamaMama. Mais ce qui nous frappe surtout, c’est l’aspect ultra vintage du graphisme ; le jeu est en quatre couleurs : blanc, gris, noir et bleu. Nul doute, en poussant même la déco du côté vintage (tapisserie, cuisine, et mobilier d’antan), la conceptrice veut nous confronter à la contradiction de notre époque qui se veut avant-gardiste face à ces choix politiques archaïques.

P.-S. : Le jeu s'engage à reverser vos donations aux "pro-choix", pour aider la lutte féminine en Pologne.

Pour jouer à Fantastic Fetus, c'est ici (et c'est gratuit).

Fin des articles