Rencontre avec une chapelière hors pair

C’est dans le quartier Vaneau que Pauline Brosset nous a ouvert les portes de son nouvel atelier. À 33 ans, cette créatrice aux mains de fée fait partie de la communauté très fermée des artisans du vêtement sur-mesure, et a accepté, le temps d’une matinée, de nous plonger dans son univers. 


Malletiers, tailleurs, bottiers et chapeliers ; autant de métiers oubliés qui semblent faire l’objet d’un regain d’intérêt auprès de la jeune génération. C’est le cas de Pauline Brosset, jeune chapelière douée, intuitive et passionnée : « Petite, je voulais déjà être chef d’entreprise et styliste, mais c’est ma rencontre avec le célèbre chapelier Fernand Sebbah qui m’a donné envie de me spécialiser. La chapellerie rassemblait l’excellence et l’élégance, je trouvais que c’était dans l’air du temps. ».

Chaque jour, Pauline s’attelle minutieusement au travail et doit faire preuve d’ingéniosité pour bidouiller des outils qui ne sont, aujourd’hui, malheureusement plus fabriqués. « Pour l’une de mes créations, j’ai dû utiliser un plot de signalisation. Une fois passé au lave-vaisselle, ce fut un parfait moule à chapeau pointu. » Outre sa créativité, le secret de la chapelière se trouve dans un appareil rare et très particulier : un conformateur des années 50, récupéré dans une mythique maison française de haute couture et qui permet de reproduire la forme et le tour de tête sans devoir utiliser d’ovale normalisé.

Côté matières, nous sommes bien loin d’une fabrication industrielle : feutre de castor, soie, cuire ou encore cachemire, « imperméables, malléables et durables, on ne fera jamais mieux que la nature », clame la jeune femme, « on peut même utiliser la matière de base du chapeau pour le re-customiser selon nos envies et ainsi, avoir l’opportunité de le garder au moins une décennie ».

La force de la créatrice ? Sans aucun doute sa générosité ! « La première chose que je fais lorsqu’une personne passe à l’atelier, c’est de prendre le temps de la rencontrer et de m’intéresser à son mode de vie. Le but est évidemment que ma proposition soit au plus proche de son style et de sa personnalité pour qu’elle porte son chapeau le plus souvent et le plus longtemps possible. »

Et lorsqu’on lui demande ce que le chapeau peut nous apporter, Pauline nous répond en toute simplicité : « ce que je trouve fascinant, c’est que le chapeau oblige à un certain respect naturel, et puis avoir son propre style est devenu très moderne, être à la mode c’est complètement dépassé. ». Chapeau bas à cette super nana !


Pauline Brosset

paulinechapelière.com
22, rue Mayet – 6e
Tél. : 01 42 74 65 75

Fin des articles