Dark tourism : les images choquantes d'influenceurs à Tchernobyl

Depuis la diffusion de la mini-série Chernobyl qui relate la tragédie nucléaire survenue en 1986, la ville ukrainienne a vu son tourisme exploser. Le problème ? Sur les réseaux sociaux, des visiteurs posent en string devant des bâtiments abandonnés à trois kilomètres seulement de la centrale nucléaire…

La série la mieux notée de tous les temps a provoqué une vague de tourisme dans la région de Tchernobyl en Ukraine. Au point que les tour-opérateurs ont enregistré une hausse de 40% des réservations ces dernières semaines, selon Le Figaro. « La plupart des gens ont d’abord vu la série avant de se rendre ici » déclare Victor Korol, directeur de SoloEast à CNN. Mais cet afflux de tourisme va de pair avec la publication de nombreux clichés sur les réseaux sociaux.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par @nz.nik le

Larges sourires, filles en tenues sexy… Sur Instagram, certaines photos suscitent l’indignation du producteur de la série, Craig Mazin, qui n’a pas hésité a faire part de son agacement dans un tweet : « Merci de vous rappeler qu’une tragédie a eu lieu ici, comportez-vous avec respect pour ceux qui sont morts et se sont sacrifiés ».

Inutile de rappeler que la zone reste encore contaminée par les radiations et qu’il est dangereux de s’exposer sans combinaison et encore moins en sous-vêtements. Le site de la catastrophe reste cependant ouvert aux touristes depuis les années 90, mais les visiteurs sont contrôlés à l’entrée et à la sortie pour détecter les niveaux de rayonnement.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par @liubov__moroz le

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par ΣVGΣNIY MӨRSKӨY (@evgeniymorskoy) le

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par NTV Radyo (@ntvradyo) le

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Chernobyl Tours ☢️ (@chernobyltours) le

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Laura (@lauraa.doe) le

Fin des articles