Coronavirus : le Conseil Scientifique envisage une deuxième vague à l'automne

Il faut bien se l'avouer, depuis quelques semaines maintenant, on a recommencé à bisouter et enlasser amis et parents. Déni, inconscience ou bêtise ? Le Conseil Scientifique avertit sur une probable deuxième vague.

« Il y a un certain nombre de risques qu'il y ait un retour du virus » avoue Jean-François Delfraissy, Président du Conseil Scientifique, dans un entretient donné à l'AFP. La baisse de vigilance générale ainsi que l'observation de ce qu'il se passe dans le monde sont autant d'indices qui viennent petit à petit confirmer l'hypothèse d'un rebond dès cet été et d'une seconde vague dès l'automne.

Des gestes barrières quasi inexistants

Alors que l'épidémie semble stabilisée en France, depuis quelques semaines les chiffres montrent que les courbes ne déscendent plus. « il y a une perte quasi complète des mesures de distanciation, en particulier chez la population jeune. » Des gestes barrières qui, on le sait, sont la seule clé pour contrôler la propagation du virus.

Début juillet, L'OMS a d'ailleurs tiré la sonnette d'alarme auprès des pays touchés par le Covid-19 : « S'il vous plait, n'ignorez pas ce que vous disent les chiffres », alerte le Dr Michael Ryan, responsable des urgences sanitaires à l'OMS lors d'une conférence de presse.

 © Istock

L'exemple voisin

« On est extrêmement frappé par ce qui se passe dans l’hémisphère sud en ce moment, qui est en hiver austral. L’épidémie est en train de flamber, en Amérique du Sud, en Afrique du Sud, en Australie, qui vient de confiner Melbourne alors que ce pays était jusqu’à maintenant extrêmement protégé. », explique Jean-François Delfraissy. L'histoire nous a en effet montré qu'il était très important d'observer ce qu'il se passe dans les autres pays en arrêtant de penser qu'en France nous sommes plus protégés. 

Un plan de reconfinement localisé

Pour l’Europe, le médecin spécialiste en immunologie conclu donc que « beaucoup d’éléments font penser qu’il pourrait y avoir un retour du virus pour la fin octobre ou le mois de novembre », même si « ce n’est pas une certitude » et qu'évidemment, si une telle vague viendrait à nouveau à frapper, nous y serions beaucoup mieux préparés qu'en février dernier. En effet, outre la disponibilité des masques et de gel hydroalcoolique en grande quantité, le Premier ministre Jean Castex a assuré ce mercredi 8 juillet qu'un plan de reconfinement ciblé était à l'étude.

Fin des articles