L'Arbre aux hérons verra-t-il finalement le jour grâce aux entreprises ?

Les défenseurs du projet n’avaient pas dit leur dernier mot. Toujours enthousiastes et motivés par l’Arbre aux hérons, des alternatives financières ont été évoquées.

Quelques mois après l’annonce de l’abandon du projet, un nouvel espoir est né. Depuis septembre, d’autres possibles sources de financement ont apparu. Dans un premier temps, l’Arbre aux hérons devait être financé par Nantes Métropole, d’autres fonds publics (État, Région, Département) et les dons de quatre-vingts mécènes. Aujourd’hui, Yann Trichard, patron de la Chambre de commerce et d’industrie de Loire-Atlantique, se montre optimiste car un nouveau budget « est bouclé » (Source : Ouest France). Financé à 100% avec des fonds privés, cette œuvre inédite de 35 mètres de haut pourrait finalement voir le jour.

Yann Trichard : « On est capable de le construire »

Un montant de 53 millions d’euros est prévu pour la construction de l’Arbre aux hérons : financé à 40 % par des investisseurs et à 60 % par des banques. Rien n’est encore signé. « Mais nous avons des intentions sérieuses de partenaires qui le sont tout autant », continue le président de la CCI. 

L'Arbre aux hérons s'agit de l'une des constructions les plus attendues de la région. Sa réalisation serait tout un accomplissement et le projet deviendrait très certainement l'une des attractions les plus prisées par les habitants et les touristes ! Prenant ses racines dans l'ancienne carrière Misery à Chanternay, l'Arbre aux hérons est déjà l'élément principal du futur de Nantes. On ne perd pas l'espoir !

Source : Ouest France

Fin des articles