Nant'Escape, un autre jeu d'évasion au coeur de Nantes

  • Auriane
  • Loisirs
  • Publié le 9 Novembre 2016 à 00h00

Ça ne s'arrête plus ! La Cité des Ducs est envahie par ces jeux d'évasion, ces Cluedo géants, ces enquêtes immersives grandeur nature. Et cela, pour notre plus grand plaisir. En grand fan des escape game, le Bonbon Nantes a bien entendu été tester pour toi le petit dernier, rue Voltaire : Nant'Escape. 

Déjà 3 enquêtes disponibles à Nant'Escape, l'escape game installé en plein coeur du quartier Graslin. 4 salles pour s'échapper, de 2 à 6 joueurs. Le prix est compétitif et l'accueil par des comédiens te met tout de suite dans l'ambiance. La porte pour pénétrer dans les salles est originale et donne le ton, complètement déjanté, de ce qui va suivre. Pour cette première tentative à Nant'Escape, on entre dans la salle de l'enquête : L'évasion du cardinal.

Le pitch : Le 8 Août 1654, il est 17h. Le cardinal de Retz met à exécution son plan et s’échappe de la prison de Nantes où il a été transféré. Depuis, la geôle fut laissée à l’abandon et les indices de son évasion sont restés une énigme. Une ambiance étrange plane. Un mystérieux personnage a pris possession des lieux et y règne en maître. On dit qu’il y cherche la vérité mais que la folie s’est emparé de lui.
Vous n’êtes donc pas seuls. Une heure vous suffira-t-elle? Passé ce délai cette prison sera vraiment la votre…

Ok, on commence à flipper. Surtout quand un personnage encagoulé nous force à nous taire, en nous parlant très, très, trop, près du nez. Nous voilà enfermés, à 6, dans ce qui ressemble à une prison d'un autre temps. À nous de fouiller, de tout retourner, pour trouver les indices nous permettant de trouver la sortie de la pièce. On avance petit à petit, on met en commun nos trouvailles, on se montre parfois très malins, parfois très étourdis (pour pas dire cons)... On n'a pas bien écouté la consigne de base, qui dit de ne pas faire confiance à ses camarades et de repasser derrière eux. Oui, même si ça fait trois fois qu'ils essaient de rentrer ce code dans ce cadenas... 

nant escape hall

Échec et mat'

Par moments, quand le jeu semble aller trop vite pour les maîtres du jeu, on nous met en difficulté. Notre geôlier cagoulé entre et nous force à tout ranger, et même à faire des pompes (oui, oui); ou bien la lumière s'éteint quelques minutes, nous laissant dans la pénombre, sans grande possibilité d'enquêter. À d'autres moments, lorsqu'on est en difficulté, une trappe s'ouvre et le fou de la prison vient nous donner quelques pistes, toujours sous forme d'énigmes. On a souvent du mal à connecter nos neurones. Ici, pas de repère de temps et pas de possibilité de contacter les maîtres du jeu - hormis en poussant notre cri de guerre mais ça, on l'a oublié très vite. Résultat, on a trouvé tous les indices, mais dans le désordre et on n'a pas réussi à les mettre bout à bout pour trouver la clé de la liberté. 

Au bout des 60 minutes, nous voici encore enfermés dans la pièce. Ce qu'on adore dans les escape room, c'est que les maîtres du jeu prennent toujours le temps de t'expliquer où tu as pêché. Nous, c'est clairement une fausse manip', une erreur de communication et un indice crucial trouvé trop vite ou trop tard. Pas grave, on s'est éclaté et les quelques novices ont l'envie de retourner dans une escape room. Heureusement, à Nantes, il y a désormais l'embarras du choix, avec cette nouvelle salle qui vient s'ajouter aux 3 autres jeux du centre-ville et à l'escape game vendéen déjà existants. Chez Nant'Escape, on aime le fait que les histoires soient situées à Nantes et nous transporte dans l'histoire, au Château avec l'évasion du Cardinal, dans un bar clandestin ou dans un salon de coiffure réputé...

Bonbonne chance si tu tentes le coup !

>> LIRE AUSSI : Notre top des escape game

Nant'Escape
3, rue Voltaire - Nantes
Tél. : 02 53 97 36 37
Fermé le lundi, ouvert mardi, mercredi, jeudi et dimanche de 10h à 0h00 et vendredi et samedi de 10h à 2h00
Réservation (très) en amont obligatoire
Tarifs : 22 euros pour les adultes / 15 euros enfants et étudiants

Fin des articles