Top des trucs sexistes inventés par les bars à l'intention des filles

Dans le merveilleux monde de la nuit, on offre de l'alcool en échange du dévoilement d'un bout de chair. Filles, sachez à quoi vous en tenir : un peu de seins, une jupe courte et vous étancherez votre soif.  Régressif, vous avez dit ? Si peu.

Suite à la polémique sur le Wanderlust qui offre des shots à celles qui montrent leurs seins que nos confrères parisiens évoquent ici, on s'est dit qu'il serait peut-être intéressant de faire un petit tour d'horizon mondial du sexisme, juste pour voir. Après ça, on t'a répertorié un petit florilège des aberrations misogynes de notre temps. Rien que pour le plaisir. 


Une mini-jupe pour une entrée gratos

Près de Nice, on a eu une idée qui porte pour slogan « plus c'est court plus ça rapporte ». Le plan est simple : moins il y a de tissu sur les jupes, moins celles qui les portent auront à débourser. L'entrée en boîte est gratuite si c'est moins de 25 centimètres, conso offerte pour les jupes entre 23 et 18 centimètres et apothéose pour les filles portant des jupes à la longueur inférieure à 18 centimètres à qui on offre carrément la bouteille de rosé. 

Attention, on précise pour les rusées que les « jupes mises par-dessus leggings, collants opaques et pantalons seraient hors-concours ». Le scandale a tourné dans le monde entier et malgré une déferlente d'insultes (« Comment oser demander à des jeunes femmes de montrer leur cul contre de l’alcool ?! Vous devriez avoir honte ! »), la boîte remercie chaleureusement. Sur la page Facebook, le staff du "club branché" précise que « grâce à tout cela, L’Annexe de Saint-Laurent du Var a gagné de nouveaux clients. »


Des seins contre des shots

L'échange photo-pola contre shot du Wanderlust n'est pas un cas isolé. Il a mis en lumière la stratégie marketing usitée par nombre de bars visant à attirer une clintèle masculine. Comme en atteste un internaute, la chaîne de bars australienne café Oz sévit aussi en France

Le Saint des Seins de Toulouse, de son côté, a carrément fait du montrer de poitrine son concept principal depuis pluieurs années. Pour justifier dignement son patronyme, il propose la même option photographique aux femmes. 

Une des responsables du bar, contactée par L'Obs, s'en défend : la pratique existait bien mais elle aurait disparu il y a deux ans à la suite de son embauche. Elle ajoute que « après ça, quelques vieilles photos de poitrines de femmes sont restées accrochées au mur, mais sans les visages. » Depuis deux semaines, les photos ont même disparu parce que l'établissement est « en cours de rafraîchissement ».


Des bars où on enlève son soutif après avoir commandé le cocktail "Sperme du serveur"

Parmi les mille merveilles de Saint-Michel, à côté des bouquinistes des quais de Seine, on trouve le bars à soutif. Principe ? Dans la salle éclairée uniquement à la bougie du Latin Corner, la population uniquement féminine se laisse ôter son soutif par un serveur (homme, cela va de soi) torse nu et parfois en string. Pour s'exécuter, ce dernier « ne se servira pas de ses mains ». Ensuite seulement, on a droit à sa conso gratuite dont l'une d'elles s'intitule sobrement "Sperme du serveur". Si on a trop chaud, on peut tout à fait suspendre son soutif au plafond.

Tripcool

source : tripcool.com


Dans les bars patriotiques américains, des "coyote girls" dansent sur le comptoir

Par-delà les mers, du côté de chez Trump, on trouve des bars où l'ambiance est « so US », nous dit-on. Là-bas, on boit des bières et on joue au baby-foot à l'étage, entre mecs. Ensuite, une fois qu'on un peu saoûls, on descend pour profiter du spectable. Au sous-sol, les coyote girls se déhanchent sur le bar en chapeaux de cow-boy et mini-shorts en jean entre deux drapeaux aux couleurs patriotiques. Vive l'Amérique

Source : bon-plans-voyage-new-york


En Australie, on se sert de (vraies) femmes nues en guise de plateau

Dans le quartier de Darling Harbour, à Sydney, on organisait une petite fête. L'occasion rêvée de passer du bon temps en dégustant une excellente fondue de chocolat aux fruits, servie directement sur plateau humain féminin entièrement nu. 

Chocolate Fondue and Fruit Platter ðŸÂÂÂÂÂÂÂÂÂÂÂÂ’🍍ðŸÂÂÂÂÂÂÂÂÂÂÂÂŽ🍉🍏🍓🍑🍇🙊🙊🙊🍸🍸🍸👯 Cruise Bar, Sydney - Media & VIP Launch Event @cruisebarsydney #CruiseBar #Sydney #Media #VIP #Launch #Party #Champagne #Cocktails #Music #celebrity #dj #nude #models #fruitdisplay #chocolate #fondue #foodporn #healthy #dinner #wednesday #openingnight #cleaneating

Une publication partagée par L E A N N E L I U (@leanne_scn) le

Les internautes, sur les réseaux sociaux, ont directement dénoncé le caractère "inacceptable", "sexiste" ou "dégradant" de la manifestation. 

Le bar, de son côté, n'a jamais répondu, ni aux critiques des internautes, ni aux sollicitations des journalistes. 


Pour contrer le sexisme, l'association Ville sans relou a décidé de créer un label "bar sans relou". Là-bas, le personnel s'assure que les comportements ou les propos des hommes ne sont pas déplacés. Il en existe déjà deux à Lille, le Gastama et Le dernier bar avant la fin du monde. A Paris, on devrait voir l'ouverture de l'un deux très prochainement.