La recette du délicieux croque-monsieur du chef étoilé Éric Frechon

Avec de bons ingrédients et un chef pour vous guider, vous pouvez passer de cuisinier en herbe à véritable star des fourneaux. Et cette fois-ci, c’est Éric Fréchon qui vous livre ses secrets. 

Toujours là pour nous régaler, Éric Fréchon, chef trois étoiles du restaurant Épicure au Bristol Paris, a devoilé la recette de son délicieux et gourmand croque-monsieur. Une recette simple à réaliser chez vous pour vous régaler en temps de confinement. On vous dit tout. 


Ingrédients pour 4 personnes : 

- 75 cl de lait entier
- 40 cl de crème liquide
- 150 g de semoule à polenta
- 4 tranches de jambon de Paris
- 200 g d’emmental
- 4 tranches de pain de mie
- 4 noix de beurre
- sel
- poivre 


La recette : 

- Préchauffer le four à 160°.
- Pendant ce temps, tailler 8 tranches d’emmental et 8 tranches de jambon en carrés de la même taille (10x10 cm).
- Dans une casserole, verser le lait jusqu’à ébullition puis verser doucement la semoule tout en remuant.
- Ajouter progressivement la crème liquide et laisser cuire pendant 20 minutes en remuant pour ne pas que la prépapration colle au fond. 
- Une fois cuit, étaler la polenta dans une plaque (1 cm d’épaisseur) puis laisser refroidir au réfrigérateur pendant environ 10minutes.
- Une fois la consistance ferme, tailler 12 carrés de même taille (10x10 cm).
- Sur une plaque allant au four, disposer 4 carrés de polenta, et surmonter d’un carré d’emmental et d’un carré de jambon. Répéter l’opération en terminant par un carré de polenta.
- Enlever la croute du pain de mie, et mixer la mie pour obtenir une chapelure bien fine. Puis sumonter les carrés de chapelure de pain et d’une noix de beurre.
- Enfourner et laisser réchauffer pendant 5 minutes, puis passer chaque croque-monsieur au grill pendant 30 secondes pour les colorer.

Servir et déguster avec une crème de votre choix. Le conseil du chef, une crème au parmesan ou à la truffe ! 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Eric Frechon (@ericfrechon) le

Fin des articles