Vyleesi : le nouveau viagra féminin

La Food and Drug Administration (FDA) vient d’autoriser la mise en vente du Vyleesi sur le marché pharmaceutique américain. Décrit comme le nouveau viagra féminin, il vise à pallier les troubles du désir sexuel encore trop peu étudiés chez les femmes.

Nous connaissons tous les petites pilules bleues dédiées à booster et stimuler le désir masculin. Mais du côté des femmes, c’est une autre histoire. Pour cause, un seul médicament existait jusqu’alors pour contrer les troubles sexuels de ces dernières encore tabous (ou ignorés). Pourtant, des études révèlent qu’entre 10 et 50 % des femmes rencontreraient des difficultés liées à leur libido.


Un tournant dans la prise en compte du désir sexuel féminin

L’Addyi (premier traitement approuvé, et vendu en France dès 2015) ne s’orientait que vers la « stimulation chimique du désir féminin » laissant sur le bas-côté la mécanique du plaisir. Bien qu’il eût le mérite d’exister, ce médicament n’a que très peu été utilisé : contraignant, il devait être pris sur le longues périodes pour espérer ressentir des effets, ajoutant à cela un risque d’évanouissement s’il était mélangé à de l’alcool.

Le Vyleesi, à l’instar du viagra masculin, pourra être pris à n’importe quel moment, lorsque le besoin s’en fera ressentir, bien que la FDA préconise de ne pas dépasser 1 dose par jour. Sous forme de stylo, il s’injecte au niveau de l’abdomen ou de la taille, jusqu’à 45 minutes avant le rapport sexuel.


Quelques limites

Si les utilisatrices du Vyleesi rapportent une augmentation du désir et une diminution de la détresse pré/post-sex, cela n’augmente en rien leur nombre « d’évènements sexuels satisfaisants ». Il n’existe pas de "femme frigide", contrairement à ce que l’opinion publique a tendance à insinuer. Le fonctionnement est juste infiniment plus complexe. Là où la testostérone joue chez l’homme un rôle majeur dans le désir, et le plaisir, la femme voit des dizaines d’autres facteurs entrer en jeu (hormones et neurotransmetteurs) pour arriver à bout de ce long périple qu’est la quête du désir.


Avertissement : pas encore autorisé en France, le Vyleesi peut provoquer des nausées après injection.

Fin des articles