Les 10 métiers les plus recherchés par les employeurs en France, selon Pôle emploi

Publié le 26 mai 2023 16h00

par Nicolas Cogoni

Comme chaque année - depuis près de deux décennies - Pôle emploi dévoile son enquête dédiée aux besoins en main-d’œuvre en France. Pour son édition 2023, l’étude a été réalisée auprès de 424 000 établissements entre octobre et décembre 2022 et établit, entre autres, une liste des 10 métiers dans lesquels des volontaires sont le plus recherchés par les employeurs. 


Un top 10 sans trop de surprises

Voici, selon Pôle emploi, les 10 métiers les plus recherchés par les employeurs en 2023 : 

- Serveurs de cafés, de restaurants
- Viticulteurs, arboriculteurs salariés, cueilleurs
- Aides, apprentis, employés polyvalents de cuisine
- Agents d’entretien de locaux (y compris ATSEM)
- Agriculteurs salariés, ouvriers agricoles
- Aides à domicile et aides ménagères
- Aides-soignants (médico-psycho., auxil. puériculture, assistants médicaux…)
- Professionnels de l’animation socioculturelle (animateurs et directeurs)
- Ouvriers non qualifiés de l’emballage et manutentionnaires
- Cuisiniers

En regardant cette liste d'un peu plus près, on remarque quelques points communs susceptibles de mieux comprendre les raisons pour lesquelles les employeurs peinent à trouver de nouvelles recrues. Ces différents métiers sont globalement assez mal payés et se caractérisent par une forte pénibilité (travail de nuit, travail répétitif, surexposition au bruit, activités exercées en milieu hyperbare …).


Des difficultés de recrutement jamais atteintes

L’étude révèle par ailleurs que les difficultés de recrutement se généralisent et concernent quasiment « toutes les tailles d’établissements » et tous les secteurs. Les entreprises jugent 61% des recrutements « difficiles », contre 57,9% en 2022. Les taux de difficultés les plus élevés sont dans la construction (couvreurs, plombiers, menuisiers, peintres…), l’industrie (chaudronniers, soudeurs…), la réparation automobile et la santé.

Pôle emploi montre également une forte progression du taux de difficulté depuis 2018 pour certains métiers : infirmiers (+41%), employés de libre-service (+32%) et agents de services hospitaliers (+30%).


« Un élément essentiel de connaissance du marché du travail »

D'après Pôle emploi, cette enquête est un élément crucial de connaissance du marché du travail. Elle permet notamment « d’anticiper les difficultés de recrutement », « d’améliorer l’orientation des demandeurs d’emploi vers des formations ou des métiers en adéquation avec les besoins du marché du travail » ou encore « d’informer les demandeurs d’emploi sur l’évolution de leur marché du travail et les métiers porteurs. ».

Pour 2023, Pôle emploi anticipe un peu plus de 3 millions d'embauches, soit un volume similaire à celui de l'année dernière. Et 71% d'emplois en CDI ou des contrats d'une durée d'au moins 6 mois.

À LIRE AUSSI