Le premier site de rencontre antivax vient de voir le jour

  • Lila D
  • News
  • Publié le 18 Janvier 2022 à 18h41

À l’ère du pass vaccinal, on sait déjà que le Covid aura changé nos habitudes, nos envies... mais aussi nos exigences amoureuses. Le site suisse Impffre:Love a vu le jour ce 15 janvier et spoiler alert, son nom se traduit par L’amour sans vaccin. 

« Explicitement et exclusivement pour les personnes conscientes ». La page d’accueil de ce nouveau site de rencontre donne le ton. Impffre:Love (l’amour sans vaccin ndlr), le premier site de rencontre entre antivax, a été crée par une association suisse Generation Freiheit, mais ce sont les allemands qui sont les plus nombreux à l’utiliser d’après le journal allemand Cicéro. Le site propose de traduire ses pages en français, en allemand, en italien, en espagnol et en polonais, histoire d'attirer les antivax de toute l'Europe. Vous vous doutez bien que pour pouvoir s’inscrire sur ce site, il faut remplir une condition sine qua non : ne pas être vacciné.e. D’après Cicéro, il compterait 12 000 inscrits à l’heure actuelle.

Bonne ou mauvaise initiative ? 

Le pass vaccinal est en vigueur depuis le 15 janvier, et on sait à quel point la situation est de plus en plus tendue entre le camp des vaccinés et celui des antivax, s’accusant mutuellement des maux de la crise sanitaire qui dure maintenant depuis deux ans. Chaque pays a eu sa petite escalade de la tension, et aujourd’hui, dans toutes les interactions sociales on évite au mieux la question du vaccin. Impffre:Love est le témoignage clair d’un fossé qui se creuse un peu plus chaque jour entre pro-vaccins et antivax.

Mais peut-être que le plus inquiétant, finalement, c’est l’instrumentalisation de ces tensions. L’association Generation Freiheit écrit clairement sur son site : « Au lieu d’enrichir les actionnaires et les PDG, vous contribuez activement à façonner l’avenir grâce à votre cotisation. Par le biais de Generation Freiheit, une organisation à but non lucratif, nous utilisons également les cotisations des membres pour soutenir des projets futurs pour un monde plus conscient et plus humain. »

Nous voilà bien dubitatifs.

Fin des articles