Selon le magazine Vice, Marseille est la plus belle ville de France

Rachid Zerrouki, journaliste pour le magazine Vice, a tenté un plaidoyer pour l'identité, la mixité et la beauté de Marseille. On ne peut qu'être d'accord avec sa vision de la ville, dont nous faisons un petit résumé.

« Ici, on est Marseillais bien avant d'être Français ». C'est en citant le groupe de rap IAM que Rachid Zerrouki débute son article. En effet, le journaliste revient sur la forte identité que dégage les Marseillais pour leur ville. Il évoque ainsi une "harmonie identitaire qui n'existe pas ailleurs entre des individus d'origines différentes. Le phénomène migratoire à Marseille est comme l'OM et le pastis: Un élément constitutif de l'identité locale."

Qui veut un Grec ?

Pour expliquer ce phénomène, il revient sur l'Histoire de Marseille, vieille de 2600 ans, la plus ancienne ville de France. "Le mythe fondateur de la Cité phocéenne traduit l'amour qu'a Marseille pour ses étrangers". Le mythe raconte l'histoire de la jeune Gyptis qui, lors d'un banquet, choisit pour époux Protis, un Grec de passage dans la ville. "N'en déplaise aux chantres de l'apocalypse identitaire Marseille est davantage tournée vers la Méditerranée que vers la France", poursuite le journaliste.

Ces bases posés, Rachid Zerrouki raconte alors l'arrivée de tous voyageurs dans la plus belle ville de l'Hexagone. "On y débarque par la gare Saint-Charles où chaque recoin est une invitation à ravitailler son compte Instagram. Puis, En descendant, on arrive rapidement sur La Canebière, sorte de Champs-Elysées du coin qui tient son nom du provençal « canebe », soit en latin, « cannabis ». La plus célèbre des artères marseillaises a en effet accueilli des plants de chanvre entre le 14e et 17e siècle."

Une randonnée d'une autre époque

Avant d'arriver au port, notre guide propose un crochet par la rue Thubaneau, "réputée crade et infâme. C'est pourtant là qu'est né notre hymne national." Après le Vieux-Port, on arrive donc sur Le Panier, "le quartier le plus authentique de Marseille, même s'il est en voie de boboïsation. Se promener ici, c'est faire une randonnée dans une autre époque, où les voisins se connaissent comme des frères et sœurs, où les marchands te tutoient et où la vie se conçoit à plusieurs."

TIMING IS SO KEY 🔑

Une publication partagée par Manu G. Gonzalez (@manugtzglez) le

Il évoque, ensuite, les médias, souvent friands à l'idée de parler de Marseille uniquement au sujet de ses réglements de compte. "Réduire cette cité à son insécurité, c'est omettre que Marseille est le seul endroit en France où on peut acheter des pizzas arméniennes sublimes vendues par des Tunisiennes aux sourires délicieux pour 3 € 50."

Ces si jolies ruelles du panier ðŸÂÂÂŒ¿ . . . . #marseille #paca #lesud #lepanier #lepaniermarseille #panier #street #sun #sunnyday #holidays #travel

Une publication partagée par 👱🏻‍♀ï¸ÂOrianne (@oriannounette) le

Avant de conclure : "En 2615 ans, Marseille a vu et connu des personnages hauts en couleur, traversé les siècles de son histoire et alterné les rires et les larmes au rythme des gloires et déboires de son OM adoré."

Pas mieux. 

Découvrez l'article en entier.

Fin des articles