On a trouvé la technique pour être peinard financièrement à 40 ans

  • La Rédac'
  • Société
  • Publié le 20 Juillet 2021 à 17h30
© Somewhere

Un nouveau mouvement pointe le bout de son nez et se répand comme une traînée de poudre dans le monde entier : FIRE est apparement la formule magique pour une indépendance financière et une retraite anticipée. L'idée ? Amasser assez d'argent pour l'investir et vivre de ses rentes. Explications de la team Bonbon.

La technique est simple : s'efforcer d'économiser au moins 50% de ses revenus tous les mois dans le but d'avoir assez de liquidité à investir, quitter son job et vivre de ses dividendes. Une manière de se consacrer (pleinement), à partir de 40 ans, à ce qui nous tient à cœur et pourquoi pas de se lancer dans ce qui nous fait le plus vibrer et rêver, sans considération de salaire.

Économiser drastiquement, certains le font déjà. Mais si... Vous voyez ce pote de 35 ans au salaire avoisinant les 4 000 € net/mois mais qui arrive toujours en soirée avec une bouteille de rosé merdique achetée à 3,50 € au supermarché - d'ailleurs, même si vous en gagnez 2 000 ce n'est pas non plus une raison, ce n'est pas de l'alcool mais du poison - et dont la moindre dépense lui crée des frayeurs nocturnes.

Beaucoup se restreignent également par conviction écologique : arrêter de céder aux désirs immédiats et compulsifs pour consommer moins et protéger la planète.

Enfin, d'autres y voient une sorte de spiritualité, comme c'est le cas de Barney Whiter, dirigeant du blog de FIRE : « Si vous acceptez l'idée fondamentale selon laquelle les dépenses n'apportent pas un bonheur durable, à certains égards, les choses sont plus faciles à vivre ». Namasté.

Mais que cela implique-t-il exactement ? Prenons un salaire à 2 000 € net/mois. Avec la méthode FIRE, il vous restera donc 1 000 euros pour votre loyer (Parisien, Parisienne, il va falloir retourner vivre chez papa maman ou trouver rapido 4 personnes avec qui cohabiter), pour votre forfait (oui, je sais, vous détacher de votre téléphone n'est pas une option) et vos courses. Ciné, expo, bière après le boulot ? ON OUBLIE ! Conséquence : le nombre d'amis, lui aussi, risque d'être réduit de moitié.

Quand est ce qu'on profite de la vie alors ? Bah, à 40 ans... Enfin, si on les atteint.

Et si la clé était de trouver un travail qui nous passionne et nous nourrit ? Un travail qu'on aurait envie de faire toute sa vie? Et si pour sauver la planète, il fallait plutôt s'efforcer de consommer autrement ? Je sais pas vous, mais moi ça me donne envie de profiter du moment présent.

Fin des articles