Visitez virtuellement la Casa Azul de Frida Kahlo

© Nickolas Muray Photo Archives

D’ordinaire, il vous faut faire deux heures de queue sous le soleil brûlant de Mexico et payer 200 pesos mexicains (un peu plus de 7 €, avec une réduction si vous avez plus de 70 ans) pour pouvoir vous imprégner de l’atmosphère de la maison de l’artiste mexicaine Frida Kahlo. Mais la situation actuelle n'étant pas ordinaire, le musée est accessible depuis chez vous.

Nul besoin donc de vous acquitter d’un supplément pour pouvoir prendre quelques photos qui ne récolteront pas plus de 30 likes sur Instagram, le tout mentalement pressé par le car de touristes qui vous arrive dans l’arrière-train, sans pouvoir trop vous arrêter devant le fauteuil roulant de cette icône féministe en proie à des souffrances peu descriptibles. Ah ! Le douloureux revers du tourisme de masse. Vous y êtes mais le problème, c’est qu’ils sont là aussi. Et vous, vous êtes leurs "Ils". Ou leurs "elles".


Kahlo, Rivera, Trotski et Mexico

Bref, tout cela c’était avant l’arrivée de ce virus mondial qui ouvre les portes des musées du monde entier. Et dernièrement, c'est le musée Frida Kahlo – enfin, la maison de l’artiste, la Casa Azul, où elle a vécu la majorité de sa vie – qui a créé sa propre visite virtuelle.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Museo Frida Kahlo (@museofridakahlo) le

À l’intérieur, pêle-mêle, les meubles originaux de la maison lorsque Kahlo y vivait, un petit florilège d’art mexicain, des œuvres de l'artiste et de son mari, Diego Rivera. En ce moment, l’exposition virtuelle Les apparences peuvent être décevantes met en scène 300 pièces appartenant à Frida Kahlo, dont son vestiaire bien reconnaissable (robe traditionnelle mexicaine, blouses brodées, jupes colorées), sa prothèse de jambe, faite sur mesure quelques mois avant sa mort en 1954.

Vous passerez aussi dans la cuisine jaune vif où Kahlo et Rivera ont passé quelques moments avec le communiste révolutionnaire Léon Trotsky – leur voisin, avec qui elle eut une brève liaison. C’est dans l’atelier de Kahlo, au premier étage – clairement l’une des plus belles pièces de la maison – que vous trouverez son fauteuil roulant et une belle vue sur le jardin.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Museo Frida Kahlo (@museofridakahlo) le

Espérons que vous vous ferez meilleure opinion du musée que Kahlo lorsqu’elle visite Paris, en 1939, à l’occasion de la Grande Exposition sur le Mexique organisée à la galerie Renou et Pierre Colle. L'artiste dira l'avoir détestée, se sentant « envahie par cette bande de fils de putes lunatiques que sont les surréalistes » (J. M. G. Le Clézio, Diego et Frida, Stock, 1993). 


Pour visiter virtuellement la Casa Azur,
c’est par ici.

Et pour mieux connaître l'artiste, n'hésitez pas à (ré)écouter la très bonne série de France Culture à son sujet, "Des ailes de mouette noire : portrait en miroir de Frida Kahlo".

Fin des articles