Variole du singe : que sait-on de ce nouveau virus au nom inquiétant

Une centaine de cas confirmés ou suspectés de variole du singe ont été signalés à travers le monde, dont un en France. Que sait-on sur ce virus au nom inquiétant ? 

Lundi dernier, on enlevait les masques dans les transports en commun. Après deux ans de pandémie, la baisse de restrictions nous a enfin donné un élan d’espoir. Stop ! Faut pas trop rêver… La variole du singe fait son entrée. Le Covid n’est même pas encore derrière nous qu’une nouvelle épidémie nous pend déjà sous le nez. Environ une centaine de cas ont été confirmés ou suspectés à travers le monde, dont un en France jeudi dernier. Mais, c’est quoi au juste, cette variole du singe ? 

1 cas signalé en France 

L’Orthopoxvirose simienne (oui, c’est son nom scientifique), se rapproche de notre variole humaine que l’on connaît déjà un peu mieux. Elle est au départ une infection qui se propage chez les animaux, et tout particulièrement ceux des forêts tropicales en Afrique centrale ou de l’ouest. Il est assez rare que ce virus soit transmis de l'animal à l’humain selon l’Organisation mondiale de la Santé, et pourtant… 

C’est à travers des animaux sauvages comme les rongeurs ou les primates que se fait la transmission, et elle est généralement limitée entre hommes. Il faut qu’il y ait réellement un contact prolongé. Si infection il y a : l’incubation peut s’étendre de 5 à 21 jours (oui, c’est une large fourchette). Les symptômes ? Fièvre, difficultés respiratoires, pustules… Finalement, ce sont des symptômes assez proches de la variole, mais apparemment moins graves selon l’Onu. Pour le moment, le Royaume-Uni, l’Espagne, le Portugal, le Canada, les Etats-Unis, l’Italie, la Belgique et la France, tous ont signalé des nouveaux cas. L’OMS prévient que les cas sont susceptibles d’augmenter.

Fin des articles