Covid-19 : une immunité de 8 mois selon cette nouvelle étude optimiste

  • La Rédac'
  • News
  • Publié le 18 Novembre 2020 à 17h15

Une nouvelle étude américaine relayée par le New York Times suggère que les personnes contaminées à la Covid-19 développeraient des cellules immunitaires résistant plusieurs mois dans le corps. Des nouvelles données très encourageantes mais (comme tout, avec ce satané virus) à prendre avec des pincettes. 

« Combien de temps l'immunité au coronavirus peut-elle durer ? Des années, peut-être même des décennies, selon une nouvelle étude » apprend-on dans cet article du New York Times. Huit mois après l'infection, la plupart des personnes ayant combattu le virus auraient encore assez de cellules immunitaires pour combattre le virus et prévenir la maladie, selon les nouvelles données très optimistes de cette étude de l'Université de Californie. 


Les anticorps plusieurs mois dans l'organisme 

Les chercheurs de l'Université de Californie ont étudié des échantillons de sang de 185 hommes et femmes, âgés de 19 à 81 ans ayant combattu le virus et n'ayant eu que de faibles symptomes. Les anticorps développés contre le virus seraient restés actifs six à huit mois dans l'organisme avant de décliner légèrement. Les cellules T – qui détruisent les cellules infectées – ne diminuent que très peu, et les cellules B – qui produisent des anticorps – augmentent, sans que les chercheurs ne sachent expliquer le pourquoi du comment. 

« Une telle immunité permettrait probablement d'éviter à la grande majorité des gens d'être hospitalisés, de contracter une maladie grave pendant de nombreuses années », a déclaré Shane Crotty, un virologue de La Jolla Institute for Immunology qui a codirigé cette nouvelle étude.

La recherche, publiée en ligne, n'a pas fait l'objet d'un examen par les pairs ni d'une publication dans une revue scientifique, mais c'est l'étude la plus complète et la plus longue sur la mémoire immunitaire du coronavirus. N'oublions pas que les cas de réinfections sont rares mais bien présentes. 

Fin des articles