Confinement : des chambres d'hôtel réquisitionnées pour les SDF

Canva

Le gouvernement vient d’annoncer une mesure exceptionnelle. Des chambres d’hôtel sont réquisitionnées par l’Etat, pour abriter les personnes sans domicile fixe, pendant la période de confinement.

« L’objectif, c’est de mettre à l’abri toutes celles et ceux qui vivent encore dehors ». Jeudi 19 mars, Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, a annoncé une mesure exceptionnelle pour protéger les plus défavorisés. Réquisitionner des chambres d’hôtel partout en France pour les accueillir. S’ils vivent difficilement les journées d’un quotidien lambda, essayez d’imaginer, lorsqu’ils sont, à chaque instant, confrontés au Covid-19. Présents dans des bidonvilles, dans des squats ou simplement, dans la rue, les SDF doivent, eux aussi, être protégés de la pandémie qui s’abat sur l’Hexagone.

« Plus de 170 d’ici la fin de la semaine » 

Les premières chambres ont été ouvertes hier soir, à Paris. Si plusieurs centres d’accueil de jour et de nuit, ont déjà fermé leurs portes, le gouvernement et les associations font tout leur possible pour offrir des chambres individuelles et des places en hôtel, aux plus précaires. D’ici la fin de la semaine, la capitale disposera de plus de 170 chambres, selon M. Denormandie. Pour le moment, le gouvernement et les associations continuent leurs recherches de chambres d’hôtels et de sites pouvant abriter les personnes sans domicile fixe.

« La solidarité ne doit pas être une victime du Covid-19» 

Dans une réponse destinée à FranceInfo, le ministre de la Ville et du Logement, a littéralement précisé que "la solidarité ne doit pas être une victime du Covid-19". En effet, 50 millions d’euros ont été débloqué pour venir en aide aux plus démunis. Car oui, eux aussi ont le droit de survivre face à l’ampleur de la situation.

L’élan de solidarité ne s’arrête pas là. Des centres d’hébergement appelés « sites de desserrement » ont été mis en place afin de loger les SDF atteints du coronavirus mais dont l’état ne nécessite aucune hospitalisation. A la fin de la semaine, plusieurs sites pourront ouvrir leur porte et accueillir 150 personnes infectées. Le gouvernement a également identifié près de 80 sites sur l’ensemble du territoire, qui pourraient accueillir ces personnes atteintes du virus.

Vers une multiplication des contaminations? 

Malgré la réjouissance de l’association Médecins sans Frontières, la décision du gouvernement reste bien loin de la réalité. En France, on estime à 250 000 le nombre de personnes qui vivent dans la rue. Plusieurs questions doivent alors se poser. Y aura-t-il assez de chambres pour accueillir tout le monde? Il est clair que sans confinement, chaque personne est exposée (et chaque jour un peu plus) au virus. Alors, le temps est compté! A l’heure où le nombre de contaminés ne fait qu’augmenter, tous les SDF doivent être confinés dans une chambre et non dans un carton.

Fin des articles