Corail : les baskets confectionnés en plastique recyclé qui sauvent notre mer

  • Laura Puset
  • Mode
  • Publié le 20 Septembre 2020 à 14h15
Corail ©

Corail est une start-up mode engagée dans la protection de l'environnement et plus particulièrement des fonds marins. Il faut 8 bouteilles en plastique repêchées en mer (et en l’occurrence à Marseille), pour réaliser une paire de Basket Corail. Petit coup d’œil sur cette innovation locale et engagée.

Corail c’est l’histoire de Paul Guedj et Alexis Troccaz qui, abasourdis par le nombre de déchets sur une plage marseillaise en août 2018, décident de changer les choses à leur manière. Résultat en septembre 2019, la campagne de crowdfundind pour financer le projet Corail sur Ullule obtient le record de financement dans la catégorie Mode & Beauté. C’est 2883 paires à 129€ qui sont pré-commandées.

De la bouteille à la basket  

Le but de Paul et Alexis : transformer du plastique recyclé en basket uni-sexe et tendance. Mais pas n’importe quel plastique, celui qui flotte en Méditerranée... Les 2 amoureux de l’environnement et de la mer lancent alors l’opération « Nique pas ta mer » destinée à la récolte des déchets plastiques flottants en mer par des pêcheurs marseillais.

Une fois les objets plastiques (la plupart du temps des bouteilles) récoltés, ils sont ensuite réduits en granules puis en fil et enfin assemblés pour former une des paires de baskets Corail (un modèle, 5 coloris) aujourd’hui disponible en ligne, ou aux Galeries Lafayette du Centre Bourse de Marseille.

Tout est bon dans la « Corail » (comme le cochon, mais en Végan )  

Les baskets Corail sont composées à 99% de plastiques recyclés. De la semelle aux lacets et passant par le corps de la chaussure, tout n’est que recyclage. Il faut 8 bouteilles environ pour confectionner une chaussure et un peu plus encore pour les finitions. Ces chaussures sont donc pas essence 100% vegan et approuvées par la PETA.

Aujourd’hui non seulement le projet Corail détient à la fois un impact écologique mais également économique et social. En effet, la récolte des déchets flottants permet de nettoyer notre horizon marin mais aussi d’apporter un complément de revenue aux pécheurs de Marseille.

Fin des articles