On vous fait découvrir les secrets de la dernière recette Ricard

Pour fêter ses 87 ans, Ricard a décidé d'innover avec une nouvelle recette de pastis, au goût plus végétal et frais. Pour l'occasion, on a investi le temps d'une journée une cabane écoresponsable face aux champs de fenouil aromatique, de lavandin et de blé. L'idée ? Rencontrer les agriculteurs pour comprendre le processus d’élaboration de cette boisson anisée, et vivre une expérience unique au milieu du plateau de Valensole. Ça vous dit ? Par ici !


Après plus de 80 ans d'histoire, Ricard se diversifie avec une proposition encore plus fraîche ! La nouvelle recette, élaborée avec de l'anis issu de plantes fraîches, « se consomme d’ailleurs différemment », nous explique l’équipe, « et nécessite d’être plus diluée ». Alors que la recette originale Ricard se consomme allongée de 5 à 7 volumes d’eau, cette nouvelle gamme se consomme allongée de 7 à 10 volumes d’eau. On retrouve dans cette boisson un goût frais anisé et végétal surprenant .

©Nais Bessaih


Petite leçon anisée

Alors que la recette originale Ricard se compose principalement d’anis provenant de la badiane  qui ne pousse qu’en Asie du sud-est –, de réglisse et de plantes aromatiques de Provence, la dernière recette Ricard est élaborée avec de l’anis exclusivement issu de plantes fraîches, cultivées sur le plateau de Valensole en Haute-Provence.

©Nais Bessaih


Aux petits soins des agriculteurs... et des abeilles

Depuis leur implantation en Haute-Provence, les champs de fenouil aromatique foisonnent dans la région. Douze heureux agriculteurs s'attèlent chaque jour à cultiver ces plantes fraîches avec passion. Une excellente nouvelle pour les abeilles qui se nourrissent du fenouil aromatique, très riche en pollen.

©Nais Bessaih


Une fabrication naturelle pour des huiles essentielles

Semé, récolté et distillé par les agriculteurs

Les semences du fenouil aromatique sont, dans un premier temps, soigneusement sélectionnées par les agriculteurs. Cultivé en agriculture raisonnée, le fenouil se récolte à partir d'août. Il est ensuite distillé à la vapeur pour prélever l’huile essentielle d’anéthol, qui se situe dans les graines de la plante et qui donne ce goût anisé. Cette étape est primordiale et doit s’effectuer dans les 10h maximum après la récolte pour préserver sa fraîcheur et éviter toute oxydation.

La technique ? l’hydrodistillation

Cette distillation par vapeur se charge en matière aromatique et est ensuite condensée afin d’en récupérer l’essence. Cela permet de conserver au maximum les saveurs de la plante. Comme l'explique Denis, un agriculteur passionné du plateau de Valensole, il faut environ 100 kilos de plantes pour faire un litre d’huile essentielle. Une fois sous forme d’huile essentielle, le produit se conserve des années.

L’extraction aromatique de la molécule d’anéthol, à l’aide d’un grand alambic, permet de séparer l’extrait d’anis des autres arômes présents dans l’huile essentielle. Ces autres arômes serviront à la fabrication de produits cosmétiques ou de parfums.


Une mise en bouteille sous haute surveillance !

Une fois le travail des agriculteurs accompli, c’est au tour de Ricard et de son savoir-faire de prendre la relève. Après environ 50 contrôles qualité, et l’assemblage aromatique, Ricard passe à la mise en bouteille répartie sur trois sites en France (Marseille, Lille, Bordeaux). Une logique écologique permettant de réduire les émissions du CO2 et l'impact environnemental.

©Nais Bessaih


L'expérience inédite proposée par Ricard

En collaboration avec des agriculteurs locaux, Ricard met en valeur le terroir de la Haute-Provence et a ainsi décidé de revisiter une cabane d’agriculteur. En totale autonomie grâce à des panneaux solaires et un système d’irrigation provenant des sources d’eau des environs, cette cabane écoresponsable située à 650 mètres d’altitude peut accueillir jusqu’à 4 personnes. La décoration d’époque entièrement chinée avec une touche design s’accorde parfaitement avec l’air provençal et les couleurs flamboyantes des lieux.

Le soleil tape sur le Plateau de Valensole mais les grandes amplitudes thermiques permettent de bénéficier de températures plus fraîches à la tombée de la nuit. On a pu découvrir cette cabane insolite et écoresponsable et tout apprendre sur le mode d’élaboration du pastis marseillais Ricard, mais aussi déguster un repas autour des saveurs anisées et du fenouil, concocté par l’institut culinaire La Bastide de Mazan.

Le plateau de Valensole et les richesses des alentours sont un réel voyage. Une expérience découverte au beau milieu des champs, mais aussi culinaire, humaine et écologique, ultra enrichissante !


Découvre la recette par ici 

Fin des articles