Pour combattre le réchauffement climatique, la métropole de Lyon veut planter 300 000 arbres d’ici 2030

© Shutterstock

Rien de tel que l‘ombre d’un arbre pour lutter efficacement contre la chaleur. Alors que de nombreuses espèces se retrouvent fragilisées par les canicules successives, la métropole de Lyon a décidé d’encourager la plantation de 300 000 nouveaux arbres pour aider la ville à respirer.


"On doit pouvoir traverser la ville de Lyon à l'ombre de nombreux arbres. L'espace public doit s'adapter à la catastrophe climatique", expliquait EELV Lyon (Europe Écologie Les Verts) dans un communiqué diffusé jeudi dernier. Car la hausse des températures et les épisodes caniculaires ont un effet désastreux sur la végétation lyonnaise. L’an dernier, une mini-forêt de 200 épicéas (du XIXe siècle et classé monument historique) avait dû être abattu au Parc de la Tête d’Or. En cause : une attaque fulgurante de scolytes, des coléoptères qui creusent des galeries sous l'écorce des arbres empêchant la sève de circuler.

Sous la chaleur, de nombreuses autres espèces nordiques telles que les hêtres et les bouleaux peinent à survivre à Lyon. Et comme le climat de la ville devrait encore se réchauffer pour ressembler à celui de Madrid ou Alger d’ici 2100, les jardiniers de la métropole tentent de s’adapter à cette situation en cherchant des espèces d’arbres capables de résister à la montée du mercure.

Car en plus de faire respirer la ville et d’améliorer son esthétisme, la verdure contribue grandement au rafraîchissement de l’air. Un phénomène scientifique nommé l’évotranspiration qui permet de faire chuter les températures de 12 degrés sous l’ombre d’un arbre. Pour favoriser cette tendance, la métropole de Lyon souhaite planter 300 000 nouveaux arbres d’ici 2030 dans la ville et ses environs. Parmi eux, on devrait notamment retrouver des chênes de Turquie et du Caucase, une espèce habituée aux hivers froids, aux sols calcaires et aux étés caniculaires et secs.

Fin des articles

Paramètres des cookies