Covid-19 : le Québec interdit la vente d’alcool et de cannabis aux non-vaccinés

Gabriel Shakour

À partir du 18 janvier, les Québécois devront montrer une preuve de vaccination au Covid-19 pour acheter de l’alcool et du cannabis. Une façon de motiver les non-vaccinés à se faire injecter leur première dose. Ça va quand même très loin…

Sale temps pour les non-vaccinés… Alors que ces derniers semblent de plus en plus isolés et montrés du doigt en France, d’autres pays vont encore plus loin. Au Québec, le gouvernement, par le biais du ministre de la santé Christian Dubé, a étendu le passeport vaccinal à l’achat d’alcool et de cannabis. Oui, ça veut dire que les Québécois doivent dégainer leur pass vaccinal pour acheter des bouteille et de la fumette (qui est légalisée là-bas).

À compter du 18 janvier, les non-vaccinés ne pourront plus acheter d’alcool et du cannabis auprès des succursales de la SAQ (société d’alcool du Québec) et de la SQDC (société canadienne du cannabis). Objectif : devenir un « incitatif additionnel pour certains à aller chercher leur première dose » selon le ministre de la Santé.

50% des lits d'hôpitaux occupés par les non-vaccinés

À court terme, d’autres commerces jugés non-essentiels tels que les soins personnels devraient aussi être soumis au contrôle du pass vaccinal à leur entrée. Les Québécois non-vaccinés devraient même être interdits d’aller chez le coiffeur. Pas plus obligatoire qu’en France, la vaccination pèse cependant très lourd sur le réseau de santé québécois : 50% des lits d’hôpitaux sont actuellement occupés par des non-vaccinés qui ne représentent que 10% de la population.

Pour lutter contre cette flambée épidémique, le gouvernement a mis en place un couvre-feu, la fermeture des commerces dits non essentiels et le report de la rentrée scolaire au 17 janvier.

via GIPHY

Fin des articles