La Métropole de Lyon souhaite résilier son contrat avec Rhônexpress

Après la mise en circulation de deux lignes de bus pour rejoindre l'aéroport depuis le terminus du tram T3, l'incompréhensible monopole Rhônexpress est sur la fin. Jeudi 5 décembre 2019, la Métropole de Lyon a annoncé vouloir résilier le contrat qui la lie au concessionnaire.

On se souvient tous avoir grincé des dents la première fois qu’on a payé notre ticket de Rhônexpress. A 16,30€ l’aller simple et 28,30€ l’aller retour, la ligne de transport lyonnaise qui relie la gare Part-Dieu à l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry est la navette la plus chère de France, et la 8ème plus chère du monde (sûrement la 1ère fois qu'on refuserait bien notre titre de champion...). Si ces tarifs sont aussi élevés, c’est notamment en raison d’un contrat qui dure depuis des années entre la Métropole de Lyon, le Sytral, et Vinci, le gestionnaire de la liaison, qui semblerait être le premier à profiter de la rentabilité du service.

Des négociations houleuses depuis 6 mois

Après 6 mois de négociation non-concluantes pour parvenir à rendre le trajet vers l’aéroport plus accessible pour tous les Lyonnais, David Kimelfeld, président de la Métropole, a annoncé son intention de résilier le contrat à compter de janvier 2020. Pour les Lyonnais, la nouvelle promet de grandes choses : une nette baisse de prix (jusqu'à -25% !), une diversification des moyens pour atteindre l’aéroport ainsi qu’un développement du réseau dans l’est lyonnais !

Il faudra cependant attendre le vote de janvier pour se réjouir, étant donné les coûts que la rupture avec Vinci pourrait entraîner pour la Métropole : quelques dizaines de millions d’euros d’indemnités si une action en justice est engagée, et les frais auxquels elle va devoir faire face pour récupérer le matériel qui appartient aujourd’hui au concessionnaire. D’ici le verdict, on ne peut que saluer l’initiative de la Métropole et espérer perdre notre place au classement des transports les plus chers du monde…

via GIPHY

Fin des articles