Avec le confinement, la qualité de l'air n'a jamais été aussi bonne à Lyon

Jekaterina Sahmanova

Alors que chaque année à la même période Lyon est très souvent plongée dans un nuage de pollution qui plonge la ville dans un smog déprimant, il ne fallait rien de moins qu’un petit confinement général pour que la qualité de l’air ne s’améliore dans la capitale des Gaules.

Après l’annonce du confinement la semaine dernière, un pic saisonnier de pollution aux particules fines s’était fait ressentir pour des raisons totalement indépendantes de l’Homme. Celui-ci, amené par les saisons et la météo, s’est rapidement fait balayer par les vents qui se sont levés pendant le week-end. Résultat : on observe enfin aujourd’hui le résultat du confinement sur la qualité de l’air. Et c’est plutôt sympa.

À Lyon, la qualité de l'air s'est grandement améliorée pour atteindre des résultats encore jamais vus. "Les écarts sont de -45% pour le dioxyde d'azote et -30% pour les particules fines, explique Stéphane Socquet, directeur de la production chez ATMO Auvergne-Rhône-Alpes dans des propos recueillis par BFM Lyon. C'est une forte baisse et on atteint des niveaux qui ne sont quasiment jamais observables en centre-ville". La raison : moins de voitures, moins de transports en commun et surtout des entreprises à l'arrêt et qui ne polluent donc plus. 

En revanche, il est important d'aérer son appartement en ouvrant ses fenêtres chaque jour pour renouveler l'air. Finalement, il a du bon ce confinement.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Oscar Minaya (@oscar.minaya69) le

Fin des articles