Pendant Nuits Sonores, un sextoy connecté va mesurer le potentiel orgasmique des DJ sets

© Dure Vie

Voilà une expérience qui ne devrait pas vous laisser de marbre. Pendant le festival Nuits sonores, une sexologue-psychologue de la région lyonnaise va tenter de mesurer le potentiel orgasmique de la musique grâce à un sextoy directement connecté à la musique. Ce dernier retranscrira les vibrations provoquées par les morceaux diffusés.


In Bed With Laurent Garnier, c’est le nom de l’expérience folle que va réaliser la sexologue-psychologue Cathline Smoos durant le festival Nuits sonores. La spécialiste va tenter de profiter du spectacle d’une manière innovante et charnelle. Par le biais d’un sextoy directement connecté aux vibrations et pulsations de la musique, Cathline Smoos jugera du potentiel sexuel des différents genres musicaux proposés durant le festival. Un sens du sacrifice qui lui permettra de composer une playlist à se tordre de plaisir, littéralement.

Pour l‘épauler, la spécialiste s’est associée à Aurélien Fache, un développeur oeuvrant sur les liens entre nouvelles technologies et sexualité, à qui l’on doit déjà le projet tout aussi délirant In Bed With Thomas Pesquet (qui désirait faire vibrer les Français au moment où le spationaute survolait la France à bord de la Station Spatiale Internationale). Les deux compères ont déjà travaillé ensemble sur un projet similaire qui souhaitait connecter un sextoy aux vibrations de l’océan. Des idées en apparence saugrenues qui ont de réels objectifs scientifiques.

Nuits sonores et des DJs sets orgasmiques

Avec ces démonstrations, les deux audacieux souhaitent une nouvelle fois prouver que l’imaginaire joue un rôle déterminant dans le plaisir sexuel. D’où la terminologie d’eargasm souvent entendue, qui désigne le fait d’avoir un orgasme en écoutant de la musique. Cathline et Aurélien souhaitent également dénoncer une formatage de la sexualité. « La plupart des gens ont peur de faire l'amour avec des robots mais ils font l'amour comme des robots, explique Cathline Smoos pour Trax Magazine. Ils sont très conditionnés, avec des idées préconçues sur la sexualité et les sextoys. Je veux leur montrer qu'on peut faire plein de choses dans ce domaine. »

Fin des articles