Histoire de Lille : la malédiction du Palais Rihour

lilledantan

Chers Bonbons, à la rédac, on a décidé de vous faire part, chaque semaine d’histoires de notre chère et tendre ville ! Un moyen de plonger dans la nostalgie de ces anecdotes qui ont fait battre le cœur de Lille !

Aujourd’hui nous vous emmenons à l’époque où le Palais Rihour était sous « le feu » des projecteurs d’une terrible malédiction.

Le Palais Rihour : les origines

Si désormais le Palais Rihour se porte comme un charme, abritant l’office de tourisme et une salle d’expositions, cela n’a pas toujours était le cas. C’est au XVème siècle que le monument lillois voit le jour sous les ordres de Philippe III le Bon, duc de Bourgogne. Un défi audacieux lancé en 1453, puisque le terrain sur lequel il veut construire son palais n’est autre qu’un îlot marécageux enlacé par les bras de la Deûle. Ce terrain qui avait jadis appartenu à Bérard de Rihour (d’où le nom) voit la construction d’un immense palais sur les plans de l'architecte Evrard de Mazières. L’édifice comprenait quatre ailes de proportions différentes formant un quadrilatère encadrant une cour d’honneur. Il faudra plus de vingt ans de travail acharné pour venir à bout de ce chantier. Malheureusement, le duc n’aura jamais l’occasion de profiter de son œuvre commandée, elle sera léguée à son fils, son prédécesseur : Charles le Téméraire. Un beau cadeau, puisqu’à l’époque ce palais est la plus grande demeure seigneuriale du nord de l’Europe.

Le Palais Rihour : une série de drames

Malheureusement le mot Palais ne rime pas toujours avec conte de fées…Surtout dans cette histoire ! Le Palais Rihour a été le théâtre de nombreux et terribles drames. Cette série débute en 1451, lorsqu’ un premier incendie éclate à la suite de l’explosion de la poudrière, deux ans avant la construction. Le temps passe, la vie suit son cours et la fête bat son plein mais la malédiction guette le palais. En 1700, à l’occasion d’une représentation théâtrale des feux d’artifice sont lancés et provoquent un second et vaste incendie détruisant l'aile nord. Elle est rapidement reconstruite dans le style de l'époque. Le drame est passé mais le palais porte en lui les cicatrices de ses terribles incidents, et il n’y fait pas bon vivre. Et justement en 1744, le roi Louis XV passe quelques jours à Lille et loge au là-bas. Il n’est pas à l’aise, sentant de mauvaises ondes autour de lui, il déménage 11 jours après pour l'hôtel du Gouverneur. Le roi, a vu juste, la malédiction des flammes s’abat de nouveau sur le palais en 1756, ravageant l’aile ouest.  Après ces incendies, ils détruisent la plus grande partie du palais et construisent à la place un hôtel de ville, en 1871, encore une fois l’aile gauche tombe.  Enfin, pour clôturer cette série de malheurs, en 1916 pendant l’occupation allemande un mystérieux incendie se déclare pendant la nuit, emportant avec lui la mairie mais révélant les derniers vestiges de l’ancien palais. En 1929, en souvenir des destructions et des souffrances subies par Lille durant la Première Guerre mondiale, un important Monument aux Morts créé par Edgar Boutry et Jacques Alleman est érigé devant les vestiges du Palais Rihour.

 Voilà, vous savez d’où vient la fameuse appellation « le Palais maudit de Rihour » !

Fin des articles