C'est prouvé, les sons de la nature sont bons pour la santé, le moral et l’intelligence

Selon une étude publiée le 6 avril 2021 dans la revue scientifique PNAS, les sons de nature auraient un impact direct sur la santé. Enfin une bonne raison d’aller se faire chouchouter au spa toute la journée, avec des doux bruits de cascade et d’oiseaux en fond.

Toi aussi tu es en mode détente ultime quand tu te balades au bord de l’eau et que le chant des oiseaux remplace la douce musique des voitures, des klaxons et des sirènes de pompier ? Et bien, figure-toi que c’est tout à fait normal et cela a été prouvé par la récente étude dirigée par Rachel Buxton, de l’université de Carleton à Ottawa, au Canada. Selon cette étude, les sons d’eau et d’oiseaux seraient ceux qui ont le plus d’effets sur notre santé. Augmentation des émotions et humeurs positives, c’est apparement ce que garanti l’écoute de sons d’eau. Les chants d’oiseaux, eux, auraient des propriétés anti-stress, capables de réduire la contrariété. En attendant les beaux jours, à toi les playlists de sons de nature avant de dormir – ou pour calmer ta crise de nerf !

 
Quitter la ville pour la nature, cap ou pas cap ?

Une alternative, un peu plus radicale par rapport à l’écoute des playlists de sons de nature certes, est de faire ses valises et quitter la ville pour se rapprocher de la nature. Pas si radicale que ça apparement, puisque selon l’étude du média Paris Je Te Quitte : au début de l’année 2021, 69% des Franciliens aux envies d’ailleurs ont entrepris les démarches nécessaires pour quitter Paris. Les multiples confinements n’y sont pas pour rien. Selon 78% des Franciliens aux envies d’ailleurs, ces derniers ont accéléré leur envie de quitter la capitale.

À la quête d’un mode de vie plus tranquille, d’un air moins pollué et d’espaces plus grands – et à un départ facilité par l’usage massif du télétravail –, on peut désormais ajouter aux raisons de quitter les métropoles les bienfaits avérés de la nature sur notre santé !

Et toi, t’es plutôt Lillois à la vie à la mort ou grand amoureux de la nature ?

Fin des articles