Actes de barbarie contre les animaux : PETA interpelle la production de Koh-Lanta

Ce vendredi 12 mars, TF1 a diffusé le premier épisode de la saison 22 de Koh-Lanta et certaines scènes n’ont pas laissé les téléspectateurs indifférents.

Cette année dès le premier épisode, les participants de Koh-Lanta ont fait parler d’eux, et pas d’une bonne manière.

 

Premier débordement 

Il faut dire qu’après seulement quelques jours d’aventure, l’équipe rouge était affamée et c’est Arnaud qui a essayé de nourrir la tribu. Un spectacle qui a choqué puisque ce n’est pas du manioc qu’il est allé chercher, mais une raie pastenague qui passait prêt du campement. Après un premier lancé de machette raté sous les encouragements de ses camarades de survie, le candidat réussi finalement à la toucher, mais sans jamais la ramener. Résultat : pas de repas, mais surtout aucune nouvelle de l’état de la raie qui s’est échappée sûrement effrayée et blessée.

 

Une scène particulièrement choquante 

À un autre moment dans l’émission, une murène est sortie de force de ses rochers par le même "chasseur". Elle est ensuite pourchassée jusqu’au moment où Arnaud arrive à l’avoir : il lui donne deux gros coups de pieds et l’écrase sous sa chaussures, la bête essaie de le mordre puis réussit à fuir.

Cette autre image est jugée comme très choquante et ne donnerait pas le bon exemple aux enfants – comme aux adultes – selon PETA qui demande à la production de Koh-Lanta de ne plus diffuser ce genre de scène. Elle déclare dans un communiqué de presse : « Torturer et tuer des animaux à l'écran est une manière extrêmement immorale de tenter d'attirer des téléspectateurs, tout particulièrement à une époque où le respect des animaux est de plus en plus important aux yeux de tous, estime-t-on chez PETA. En outre, cela transmet un message nuisible aux plus jeunes, qui visionnent ces scènes cruelles que l'on fait passer pour du divertissement. » 

Espérons que la production en prenne note.

Fin des articles