Avec SPECTRE (Sanity, Madness and the Family), le DJ Para One signe un documentaire-fiction sur ses racines familiales

Le DJ Para One a entrepris une quête de cinq ans sur les pas de son histoire et des mystères qui entouraient sa famille : en découle un long-métrage entre fiction et documentaire, mêlé d'images d'archives et d'une bande originale qui forment un tableau personnel et puissant. 

Si Jean-Baptiste de Laubier est davantage connu sous son nom de DJ Para One, il signe régulièrement les bandes originales des films de Céline Sciamma, et a remporté le César de la meilleure musique originale pour Bandes de Filles en 2014. Il sort le 20 octobre prochain son premier long-métrage, SPECTRE (Sanity, Madness and the Family), dans lequel il aborde dans un film mi-fictionnel, mi-documentaire, son enfance et les mystères qui l'ont entouré pendant des années. 

Une quête initiatique de cinq ans

D'abord, le pitch : Jean, cadet d'une famille nombreuse, grandit au sein d'une communauté sous l'influence de Chris, un guide spirituel. Après avoir reçu une cassette de sa sœur qui vit recluse, il redécouvre des voix et des sons de son passé. Les souvenirs se mettent à émerger et Jean décide de partir sur les traces de Chris, dans un voyage qui le mènera au Japon, en Indonésie et en Bulgarie. Pendant cette quête, il découvrira le secret de son père, des années après sa mort. 

Para One considère SPECTRE (Sanity, Madness and the Family) comme "une quête", qui reconstitue "la musique perdue de mon enfance, composée par un maître spirituel sous l'influence duquel ma famille a évolué pendant plusieurs décennies". Il signe ici en tant que réalisateur et coproducteur un récit intime et initiatique filmé au Japon, en Indonésie, en Bulgarie et à Paris. Si le film sort le 20 octobre prochain en salles, il s'accompagne de l'album Machines of Loving Grace, la bande-originale du film déjà disponible sur Youtube

SPECTRE (Sanity, Madness and the Family)
Un film de Para One
A découvrir au cinéma à partir du 20 octobre 2021

Fin des articles