Le streaming bientôt disparu de nos écrans ?

  • La Rédac'
  • News
  • Publié le 20 Avril 2018 à 17h20

Ce mercredi 18 avril, en France, la ministre de la culture Françoise Nyssen prononçait un discours en l'honneur des films français sélectionnés au 71ème Festival de Cannes. A cette occasion, elle annonçait sa volonté d'aller vers la création de "listes noires" par la HADOPI (Haute Autorité de Diffusion des Oeuvres et la Protection des droits sur Internet). 

Elle rappelle que le contrôle du piratage sur internet se fait actuellement uniquement sur le peer-to-peer (particulier à particulier) et par là que ce système est obsolète puisque ledit piratage se fait "dans 80% des cas en streaming ou en téléchargement direct".

Ainsi, ces listes noires permettraient d'identifier les sites illicites et ainsi de d'empêcher les annonceurs, services de paiement et moteurs de recherche de cesser leurs relations avec eux.

Après identification, la Ministre a annoncé réfléchir à confier à la HADOPI le pouvoir de bloquer ou déréférencer ces sites ainsi que tous les sites miroirs qui se créent après la fermeture du site principal (coucou MegaUpload) : les pouvoirs de l'autorités seraient ainsi renforcés (et son appelation modifiée dans la foulée) pour s'adapter à cette nouvelle ère de téléchargement et de streaming illégaux.

Enfin, la ministre a jugé que "La lutte contre le piratage est l’un des grands défis du siècle pour le cinéma". Si la consommation de cinéma a changé du téléchargement au streaming illégal vers les plateformes de streaming légal, serait-on en passe de basculer vers un mode de visionnement de plus en plus régulé, même sur internet ? On reste sceptique car le partage libre de contenus reste l'essence même d'internet dont les acteurs rivalisent toujours d'imagination pour contourner les lois. Affaire à suivre.

Fin des articles