Léon à vélo, l'association qui vous veut du bien

Depuis l'année dernière, la pratique du vélo a augmenté de près de 19% à Mérignac. Des cyclistes ont décidé d'y créer Léon à vélo, une association pour favoriser les aménagements des pistes cyclables. Entre autre.


Neuf stations VCubs. Bientôt onze. Quatre-vingt-dix-huit km d'itinéraires cyclables. À Mérignac, les amateurs de vélo sont comblés. Et s'il était une alternative au tout voiture ? L'idée semble plutôt bonne. Seulement, les cyclistes ne se sentent pas toujours en sécurité au bord des routes. Et pour cause. Après le decès de deux hommes en février dernier, Vélo-cité fait remarquer l'augmentation de 46% de la mortalité sur les routes girondines. En un an seulement. Depuis, trois nouveaux accidents sont à déplorer. Pour améliorer leur sécurité, un groupe de cyclistes a  décidé de fonder une association : Léon à vélo.


Il y a encore du travail !

Leur idée ? Labelliser les parcours, les flécher, indiquer le temps des différents itinéraires, faire que les espaces soient agréables... Autrement dit, améliorer les aménagements et sécuriser les pistes cyclables. Pour l'instant, il y a encore du travail. « Il faut absolument que les structures liées au vélo évoluent. Quand on refait une voie, on fait des équipement plus fiables mais il n'y a pas de continuité. Il y a des zones dont on ne s'occupe pas », constate Jean-François Gire, vice-président de l'association. Pour parvenir à des améliorations, les membres de Léon à vélo discutent avec les collectivités. « Parfois, quand les choses ne bougent pas, le dialogue peut être musclé mais il peut aussi être coopératif », poursuit-il. Le dialogue est important. Les liens sociaux aussi.


Promouvoir le vélo avant tout

Ces amoureux de vélo sensbilisent d'ailleurs les habitants de Mérignac à l'utilisation des deux roues à travers différentes actions. Le mois dernier, ils ont par exemple récupéré des bicyclettes pour des jeunes migrants. « On les accompagne pour qu'ils s'autonomisent à vélo », explique le vice-président. Notamment sur code de la route : feu rouge, priorité à droite, stop... Aussi, grâce à la structure, des femmes maghrébines ont notamment pu monter des vélos, une aide non négligeable pour leurs déplacements quotidiens.

Bientôt tous les cyclistes pourront retrouver les membres de l'association à la maison du vélo. Dans ce lieu convivial, ils pourront emprunter des bicyclettes de toutes sortes et  participer à de nombreux ateliers participatifs. « Les gens pourront venir apprendre à réparer leur vélo, le régler, fabriquer des fixies », indique Jean-François Gire. Et d'ajouter : « Nous avons aussi le projet d'acheter un triporteur électrique avec deux places à l'avant pour emmener les personnes âgées qui ont envie d'encore avoir cette sensation des cheveux dans le vent. » L'ouverture de ce nouvel espace est prévu pour 2018.

En attendant, tous en selle !

Page Facebook