Les Bordelais ont perdu 59 heures dans les bouchons en 2022

©archives Thierry David - Sud-Ouest Bordeaux

Si vous vivez à Bordeaux et que vous vous déplacez en véhicule motorisés, vous êtes avisés des difficultés de circulation que subit la capitale girondine. Et bien figurez-vous que grâce aux donnés du traffic à l'échelle mondiale, on peut maintenant savoir qu'un Bordelais lambda perd presque 3 jours complets dans les bouchons par an.

On le sait, à Bordeaux, quand on prend la route aux heures de pointes, c'est la roulette russe. On sait quand ça commence, jamais quand ça fini. Et d'après une étude mondiale, si Paris s'avère être la 1ère ville de Franceo ù il y a le plus d'embouteillages (et la 3e dans le monde) suivie de Lyon et Marseille, Bordeaux arrive un peu plus loin avec une moyenne 59 heures perdues par an dans les bouchons. Soit 2,45 fois jours.

Non vous ne rêvez pas, il existe bien un Bilan mondial de la circulation 2022 (Global Traffic Scorecard 2022). Le Global Traffic Scorecard 2022 fournit 4 années de données sur la mobilité pour une analyse très détaillée de la mobilité dans les zones les plus encombrées du monde. Il fournit des comparaisons des délais de déplacement, des tendances en matière de collisions, des déplacements en centre-ville et des vitesses basées sur les modèles de déplacement uniques de chaque zone métropolitaine. Les prix des carburants ont également été mesurés de manière plus approfondie en 2022, compte tenu de l'état des marchés pétroliers mondiaux et de leurs effets sur les transports et l'économie en général.

Impact de la grève pétrolière et du télétravail

En effet, la plateforme Inrix indique que les prix en hausse à la pompe, n'ont que peu impactés le niveau d'embouteillages des villes. En revanche, la hausse du télétravail a généré l'encombrement de certaines périphéries autrefois épargnées. 

Illustration télétravail
© Illustration télétravail - Jacob Lund

De plus, l'amplification des travailleurs ayant opté pour le télétravail, a rendu les heures de déplacement beaucoup plus éparses. Ce qui ne promet malheureusement pas l'absence totale de bouchons, mais la formation de pleins de petits embouteillages éparpillés dans la journée, au lieu d'un seul gros encombrement le matin et le soir, comme auparavant. 
vous l'aurez compris, ce n'est pas en 2023 qu'on pourra circuler sans ce soucier des horaires !

Toutes les infos par ici

Fin des articles