Un Bordelais perd 146 heures par an dans les bouchons

Si vous en doutiez encore, à Bordeaux, ça bouchonne. Et selon un classement, la cité Girondine s'avère être une des villes de France où il est le plus compliqué de circuler en voiture. Cette année, elle gagne (à notre grand regret) une place et se hisse à la troisième place des villes les plus embouteillées de l'hexagone. Enjoy ! 

Klaxons, insultes etc. : cette scène quotidienne de perte de patience, on ne la connaît que trop bien. Mais avouons que ces accès de colère, on peut les comprendre.

En 2018, l’automobiliste Bordelais a perdu environ 146 heures, bloqué dans les bouchons. Traffic Index, qui publiait cette information mardi dernier, se penche sur des bases de données visibles grâce à la géolocalisation des véhicules. Plus de 550 millions de sources alimentent leur service d’information en temps réel. Chaque jour, le Bordelais perdrait 40 min par jour dans les bouchons (à raison de 20 le matin, et 20 le soir). 

La congestion moyenne Bordelaise s'élève à 32%.



73ème au classement mondial 

Sans grande surprise, l'horaire le plus encombré, à définitivement rayer de la liste, est le vendredi entre 17h et 18h, avec une congestion estimée à 77%. Bad news, Bordeaux a gagné une place au classement tant redouté des villes de France où le trafic routier est le plus compliqué. Quatrième l'an dernier, Bordeaux évince Nice et occupe désormais la peu flatteuse place du classement.

En moyenne, l'automobiliste a passé 146 heures, ce qui représente 6 jours et deux heures coincé dans son véhicule à arpenter la belle-ralentie. 

Un impact forcément néfaste sur l’environnement, ainsi que sur nos nerfs… Relativons, au classement mondial : nous sommes que 73ème ! 

Fin des articles