Coronavirus : Comment être bénévole à Bordeaux ?

Afin de proposer des solutions concrètes aux Bordelaises et aux Bordelais pour faire face au contexte que nous traversons, la Ville de Bordeaux a mis en place un outil d’aide de mise en relation entre les besoins et les ressources de chacun, recensés dans chaque quartier. Garde d'enfants, courses, lien avec les personnes isolées : petits et grands services, pour une heure ou une journée, à chacun son expression de solidarité. À vous de jouer ! 

"Nous sommes en guerre" répétait le Président de la République ce lundi 18 mars lors de son allocution sur TF1 avant d'annoncer le confinement (sans réellement employer le terme) des français pendant 15 jours renouvelables. Celui qui a alerté sur la situation de la France a également fait appel à la solidarité de la nation pour traverser cette crise sanitaire. C'est ainsi que chaque ville de l'hexagone a pu mettre en place un système de bénévolat où les habitants peuvent se rendre utiles pour la communauté. 

Bordeaux citoyen, engagé et connecté

À Bordeaux, la plateforme s'appelle Jeparticipe.bordeaux.fr et permet à chacun de se rendre utile ou d'exprimer son besoin. Le principe permet de poster une "demande" ou une "offre". Comme besoins, les catégories "gardes d'enfants", "courses", "alimenter le lien aux personnes isolées", "soutien scolaire" ou "aides aux déplacements" sont principalement alimentées. La plateforme fonctionne avec un système de géolocalisation qui permet de mutualiser les annonces les plus proches des personnes connectées. 

Des services ciblés selon les quartiers

Le service presse de la municipalité nous précise que déjà 250 bénévoles volontaires se sont inscrits pour répondre aux annonces. Aussi, d'autres réseaux de mobilisation fonctionnent quotidiennement pour apporter leur aide à l'instar de Wanted, Geev ou encore services civiques Unis-cités... Alors si comme nous, à l'heure où on écrit ces lignes, vous ressentez le besoin de vous rendre utile et non d'écumer tous les programmes de Netflix, foncez. 

"Nul n'est inutile s'il allège le fardeau des autres" disait Charles Dickens. Trinquons à lui, à défaut de pouvoir trinquer sur sa terrasse ! 

Fin des articles