Adrien Sanchez : ce DJ bordelais qui parcourt les rues avec ses platines ambulantes

  • La Rédac'
  • News
  • Publié le 15 Février 2021 à 08h45
Adrien Sanchez Infante

À défaut de pouvoir aller à elle, et si c'est la culture qui venait à nous ? Et plus précisément en bas de chez nous. Ce privilège musical pourrait être concrétisé par Adrien Sanchez, un DJ bordelais qui arpente les rues de la Gironde avec son charriot musical. Des concerts portatifs autonomes, itinérants et écoresponsables.

De Bordeaux, en passant par le Bassin d'Arcachon ou les Landes, ce jeune originaire du Sud-Ouest est entrepreneur dans la communication. Et comme le veut le milieu, il ne tarit pas d'idées ni de projets novateurs. Son savoir-faire en communication, multimédia et musique lui a insufflé une idée inédite : des événements musicaux autonomes et itinérants, qui fonctionnent à l'énergie solaire.

Un format autonome, libre et écolo

Du haut de son jeune âge, il propose deux formules ambitieuses. Une première "vidéo solaire" qui met en avant un artiste dans un lieu différent d'Aquitaine et une seconde où il déambule dans le département muni d'un charriot équipé de platines. Très souvent accompagné par son copain saxophoniste Camilo. Leur green touch ? Un système son, qui repose sur la technologie Pikip, alimenté par des panneaux solaires et qui captent les rayons UV par temps de pluie. Cela leur permet donc une autonomie de 16h en mode nuit

Côté musique, ils proposent 6 styles qui recouvrent tous les univers de la musique actuelle : électro, latine, afro et reggae, hip hop et subversifHabituellement, ils foulent les scènes de festivals. Covid et couvre-feu obligent, ils proposent leurs concerts surprise de rue en journée. "Ceci est Covid compatible et même très bon pour la santé" précisent-ils sur leurs réseaux sociaux. Si on attend avec impatience le retour de ses mini concerts à Bordeaux, Adrien nous confie qu'ils n'auront pas lieu avant le printemps. En revanche, les prochains se dérouleront sur le bassin d'Arcachon dès le mois de mars. Une giboulée de bonheur ! 

Site internet

Fin des articles