Hashtag, un coiffeur bordelais au delà des apparences

Parce que la rue Ravez n'est pas l'épicentre que de notre gourmandise, il est aujourd'hui temps d'en parler. En effet, en poussant la porte vitrée du numéro 12, c'est pour se chouchouter la tête plutôt que l'estomac que l'on en franchit le pas. Connu de tous les voisins, homme et femmes confondus, le coup de ciseau de François est un véritable soulagement pour notre crinière et notre esprit.

Lorsque l'on se rend chez un coiffeur, on sait pourquoi l'on vient mais rarement ce que l'on découvrira et si le résultat nous plaira. Et si c'est parfois avec appréhension de "la coupe ratée" que l'on pénètre dans l'antre d'un coupeur de mèches, l'ambiance décontractée du Hashtag a ici de quoi nous détendre. Chaleureux et ultra intimiste, ce spot ne répond que peu aux codes classiques des coiffeurs. En effet, pas question ici de tourner sous plusieurs paires de mains, pas de shampooing à la chaîne ni de produits de beauté logotés d'une franchise renommée. François s'occupe de nous de A à Z et commence toujours par un diagnostic.

Pas besoin donc de se pointer avec la photo de la star dont vous enviez la coupe. Pourquoi ? Parce que ce n'est pas vous et que François vous dévoilera tout de votre nature de cheveu et ce qu'il peut faire pour la sublimer. Ce perfectionniste envie de prendre son temps avec ses patients capillaires. En témoigne son téléphone qui est souvent coupé durant ses rendez-vous. Après quelques minutes de brief confortablement installé près du tapis en peau de vache, on détend les épaules, ferme les yeux et se laisse aller sous les doigts de notre expert. Mais attention, expert ne veut pas dire condescendance. Ici, on se tutoie et on papote à bâtons rompus. François, c'est un peu l'oreille de ta meilleure copine, mais sans le jugement associé.

Du carré court léger aux boucles libres en passant par le brushing hollywodien ou encore le tendance "coupe wavy nature" façon retour de plage, tout est réalisable dans les 40 m² de cet atelier. Le Bonus du salon ? La spécialisation de la coloration et la blondeur (en voie de disparation entendons-nous dire). Les hommes n'en sont pas oubliés pour autant. Là où majorité des salons se sont longtemps contentés de couper très court les beaux cheveux de nos garçons, aujourd'hui François retient ses lames et s'attèle à mettre en avant ce que la nature leur a donné plutôt que de les réprimer. Exit la tondeuse, bonjour la chevelure assumée.

Et les tarifs dans tout ça, allez-vous nous dire. Et vous aurez raison. Le talon d'achille des petits salons réside dans l'addition, c'est elle qui nous pousse à retourner dans les grandes chaînes sans conviction. Or ici c'est toi qui "prépares" ta facture, avant même d'avoir le moindre cheveu mouillé. À l'aide d'une tablette que l'artiste te remet, tu valides toi-même les prestations dont il est question lors du brief. Zéro tracas, zéro blabla, tout est écrit là et tu ne seras pas surpris.

Dernier atout du lieu : une humilité mêlée d'excentricité. Le nom est d'ailleurs un joli pied-de-nez. À la fois mot-clé et symbole de ce qui nous connecte aux autres, le hashtag est comme le trait d'union entre l'image que l'on a de soi que François tente de retranscrire au travers de sa sensibilité. Loin des studios aseptisés, Hashtag attire l'oeil grâce notamment aux fauteuils en peau de vache sans pour autant basculer dans le "too much". On y trouve par ailleurs de simples photos polaroïd des clients et amis placardés au mur en guise de signature du travail accompli. 

#Stylé

Hashtag Coiffeur
12 Rue Ravez, Bordeaux
Mardi-samedi 10h-19h
Ponctualité conseillée
Facebook

Fin des articles