Les secrets de l'architecture bordelaise

Un cimetière dans une impasse, un homme sous un balcon, les filles de Zeus sur une fontaine... nous foulons les pavés bordelais en manquant parfois d'observer les trésors cachés sur notre route. Pourtant la ville abrite quelques édifices notables, fruits d'histoires insolites. Des anecdotes que le Bonbon vous relate dans cette modeste sélection.


La Statue de la Liberté @ place Picard

Le maître Auguste Bartholdi devait réaliser à la fin du XIXe une fontaine pour la place des Quinconces de Bordeaux. Mais faute de moyens, la ville annula sa construction. Le sculpteur se consacra à une certaine Statue de la Liberté qui deviendra son œuvre majeure. Pas rancunier, il fit cadeau d'une réplique miniature aux Bordelais, dont les Allemands se saisirent pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais depuis 2001, en mémoire de celle-ci, une réplique en résine trône place Picard.


Place Picard - Bordeaux


Le Balcon @ L'hôtel Darche d'Estrade

Il a perdu sa tête, mais on distingue aisément un homme sur cette façade de la rue Saint-François. La légende raconte que lors de la construction du balcon de l'hôtel Darche d'Estrade, un maçon aurait perdu sa tête en pariant qu'il soutiendrait les fondations sur ses épaules le temps de sa fixation. En réalité, cette sculpture serait un hommage à Jean-Louis Fargue, un colosse qui aurait porté les pierres nécessaires à la réalisation du balcon. Les affres du temps lui auraient fait... perdre la tête.

48, rue Saint-François - Bordeaux


Le 1er consulat américain @ Hôtel Fenwick

En 1791, le 1er président des Etats-Unis Georges Washington nomma Joseph Fenwick au poste de consul. Natif des Amériques, le négociant bordelais fit construire en 1796 son hôtel particulier aux Chartrons. Ainsi la belle bâtisse, classée depuis 1935, devint la première ambassade américaine en France !

4, cours Xavier Arnozan - Bordeaux


Le cimetière Sainte-Catherine @ Bordeaux

Au bout de l'impasse de la Merci se niche le seul vestige du cimetière de la chapelle Sainte-Catherine. Construit au XIe siècle, il fut métamorphosé en jardin en 1626. D'après des documents d'époque, le lieu n'existait plus en 1711. Mais l'impasse conserve encore une porte surmontée d'une croix indiquant l'entrée du cimetière...  


Crédit photo @RICHARD ZEBOULON

Impasse de la Merci - Bordeaux


La fontaine des 3 Grâces @ place de la bourse


Pour succéder à la statue de Louis XV détruite lors de la Révolution, Bordeaux commanda une fontaine au Parisien Ludovico Visconti. Mais l'architecte mourut avant d'avoir achever son œuvre. En 1854, Léon Visconti offrit donc des croquis de son père à la ville. Et les statuaires Gumery et Jouhando reprirent en main sa réalisation. Il faudra attendre 1869 pour contempler la fontaine telle que Visconti l'avait dessinée... surplombée des trois filles de Zeus, Euphrosyne, Aglaé et Thalie.


Place de la Bourse - Bordeaux


La plus ancienne maison @ Bordeaux

C'est au détour de l'impasse de la rue Neuve que le centre-ville abrite ses plus anciennes demeures. Un hôtel du XIVe siècle tient encore bon, mais la plus vieille des maisons se niche au numéro 4 de l'impasse. La bâtisse date du début du XIIIe siècle

Impasse rue neuve - Bordeaux


Texte : Marie Neaud 

Fin des articles