Le Nama : restaurant d'exception

Si notre plume s'est souvent enflammée à l'évocation de sandwichs frais issus des nouvelles brasseries locavores, c'est aujourd'hui de la vraie gastronomie que nous allons faire l'éloge. Par la présentation d'un établissement (et quel établissement !), nous allons placer haut le curseur du goût sans forcément faire l’apologie du cassage de tirelire. Mesdames et messieurs, je vous laisse découvrir : LE NAMA. 

Lovée entre la rue Fondaudège et la place Gambetta, la petite devanture vitrée n'a rien de singulière : une large porte, un tableau d'écolier pour appâter le chaland et une carte laissant largement apparaître le mot "menu surprise". Le mystère est suffisamment épais pour inciter les curieux à fouler le sol de l'établissement. Le sas d'abord, la rencontre d'un hôte souriant ensuite, puis la découverte d'une large salle à la décoration léchée ne laissent aucune place aux tergiversations : au Nama, on ne badine pas avec le bon goût .

nama 1

Le chef d'orchestre, ici, c'est Patrick. Exilé au Japon pendant 8 ans, pour mener à bien son activité de négociant en vin, le jeune restaurateur est revenu dans l’Hexagone avec un projet : l'ouverture d'un restaurant à la croisée des deux cultures. Si cette fusion apparaît d'emblée dans la décoration des lieux, avec un pan de mur arborant dans un style street art des motifs japonisants,  c'est surtout dans l'assiette que la magie des deux mondes opère.

L'artiste, qui garde toujours un œil sur la salle de sa cuisine ouverte, se nomme Paul Couzien. Ancien du Saint James, et ex élève de Nicolas Magie - étoilé au Michelin -, le jeune chef ne se prédestinait pas aux saveurs asiatiques. Qu'à cela ne tienne ! Patrick a enclenché les réseaux, et quelques coups de fil plus tard, un chef étoilé japonais prenait le petit Frenchy sous son aile pour lui faire découvrir la gastronomie du pays.

nama 4

Avalanche de saveurs, explosion gustative, orgasme papillaire : les mots manquent pour qualifier la cuisine qui résulte de cette union. Ainsi , sous l'intitulé de formules "surprises", se cachent des trésors de saveurs, à l'image de l'œuf parfait et de sa soupe miso en amuse-bouche de ce mercredi, du fois gras poêlé accompagné de sa purée de pommes de terre au combava d'entrée, ou de la succulente brumoise d'ananas roti au romarin accompagnée de sa glace au pop corn, sa ganache au caramel et meringue maison en guise de dessert. Inutile de préciser qu'au vu des anciennes activités du maître des lieux, ce dernier arrose ses plats de succulents vins, parfaitement accordés, et dégustés à l'aveugle.

nama 5

Déja détenteur d'une toque au Gault & Millau, l'établissement flirte avec les étoiles : on vous ordonne d'y foncer avant que le "guide Michelin" ne s'en empare... et fasse monter les prix en flèche. On vous aura prévenus !

 

**Point d'orgue de l’expérience : le délicieux Patrick se propose d'offrir aux lecteurs du Bonbon qui se présenteront, un verre de vin pour les menus à 42 et 59€ du soir, et un café le midi pour conclure les formules à 18 et 25 euros.

Nama Wine restaurant
24, rue Lafaurie Monbadon - Bordeaux