Balthazar, le roi des bars où rien n'est laissé au hasard

© Jessica Calvo

Derrière ce nom énigmatique et une terrasse bleu roi qui domine l'angle de la rue du Mirail se cache l’un des nouveaux bars les plus en vue de la capitale girondine. Après des mois de travaux, on découvre que le spot qui abritait le Camelot en avait sous le manteau. Immense, à mi-chemin entre New-York, Londres et Bruxelles, ce bar à ambiance servant bières cultes et joie de vivre n’a rien laissé au hasard. Il s’appelle Balthazar.


Bar Bordeaux
© Jessica Calvo

Elle est loin l’entrée étriquée et la vieille salle de billard de cet ancien bar où il ne faisait pas toujours bon rester tard. Au coeur de cet incontournable quartier étudiant en mutation, le spot a su se faire une place de roi. Et de roi il est question ici puisque Balthazar n’est autre que le dernier souverain du Royaume de Babylone. "Oui et alors" nous direz-vous, pourquoi nommer d'après un roi mage un lieu de débit boisson ? Tout simplement parce qu’il est dit que le Royaume de Babylone fut celui où vit le jour ce joyeux breuvage qu’est la bière, information que tu prendras soin de noter et de ressortir fièrement en soirée.

Bar Bordeaux
© Jessica Calvo


Inutile de dire que la sacro-sainte boisson occupe au comptoir une place de choix, les fresques réalisées main et les 18 tireuses qui s’alignent sur un bar de 10m de long (rien que ça) en témoignent largement. Et côté références, c'est la mousse de la mousse: Delirium, Cuvée des Trolls, Carolus Triple, Chimay triple, Brooklyn, Magners, Budweiser, Chouffe. Le top de chaque pays se côtoie dans les tireuses ou sous les capsules de bouteille. Qu’on déguste en demi ou au pichet  de 1,5 ou 2,3 L (fait rare et notable pour les grands buveurs-partageurs), le bar mérite bien le surnom de bar à “bières cultes & Nice drinks” écrit de façon lumineuse sur des néons rétro-chic.

Bar Bordeaux
© Jessica Calvo


Et comme il n’y a pas que la bière dans la vie (il y a les nice drinks aussi), on retrouvera également les grands classiques. L'établissement tient à proposer une belle sélection de gin, rhum et de whisky qui se dégustent à la Thomas Shelby dans un Chesterfield, pur ou en cocktails façon Mojito, Spritz ou Caïpi. Lors des soirées un peu latines on préférera le mezcal et la salsa et gardera le bon vin pour trinquer au quotidien. Une fois les premiers verres vidés et la faim arrivée, l'établissement propose de quoi se ravitailler avec sa charcuterie de qualité et de jolies tommes provenant de fromageries. Entre les tournois de baby’ du lundi, les quiz du dimanche, les matchs sur 3 écrans retransmis et l’happy Hour all night long du mardi, l'ambiance y est variée et chacun trouvera son créneau favori. 

Bar Bordeaux
© Jessica Calvo

Et lorsque l’Happy hour de 3h30 (si peu) se termine et que doucement la salle s’anime, le système son nouvelle génération tout au fond entre dans la danse (créant ainsi 2 salles - 2 ambiances). Au rythme de la playlist musicale fêtarde et sous les lyres qui s'animent en cadence dans un ballet coloré, nous chercherons “du regard un spot, le dieu projecteur” tel la fille aux yeux couleur menthe à l’eau, nous embarquant ainsi facilement sur la piste et ce “jusqu'au bout de la nuit”.

Bar Bordeaux
© Jessica Calvo
Avec sa déco indus' chaleureuse, ces logos de bières peints à la main par Jean Bataille sur des murs de briques rouge également ornés d’une quinzaine de réverbères vintage, on se croirait à Brooklyn, emporté par la chaude ambiance des rues New-Yorkaises.

Adossé au flipper, sur la piste ou toisant la rue depuis une chaise en nylon tressé, il est écrit qu'on s'y attarde. 
Pas de hasard, on y mettra le bazar...


Balthazar
8 Rue des Augustins, 33000 Bordeaux
7/7 de 16h à 2h
Happy Hour de 16h à 19h30
Plus d'infos ici
Instagram

Fin des articles