Le L140, habitat-concept mystérieux

À l’angle des rues Durantin et Tholozé, une façade cache un mystère: la chambre unique d’un hôtel qui n’en est pas un.

 

 

Telles les Parques de la mythologie romaine, Anji, Mélissa et Sophie déroulent le fil de la nuit et vous invitent à vivre une expérience à durée limitée au l140, un habitat-concept ouvert le temps de 500 éditions.

Depuis deux ans, Anji Dinh-Van, responsable du développement de Andrea Crews, Mélissa Epaminondi, architecte, et Sophie Vigourous, directrice de la galerie Jousse Entreprise, font fusionner leurs cerveaux jusqu’à la complémentarité parfaite qui leur a permis de concevoir le projet « l140 une édition de 500 nuits ».

 

 

Point de départ de leur réflexion, un lieu atypique au cœur des Abbesses, bâti pour harmoniser le tissu urbain lors de l’Exposition Universelle de 1926. 80 ans plus tard, Melissa fait l’acquisition de cet espace qui n’a jamais eu la vocation d’être habitable, ses dimensions particulières d’1m40 de largeur sur 9m de long, le tout sur deux étages, ren- dent la circulation difficile. Ironie architecturale, ce lieu-vitrine est aux dimensions d’un lit deux places standard et pose par son agencement la question de l’intimité ou comment par l’art on passe d’une « architecture de contrainte à un habitat de confort ».

Inspirées par les femmes-maisons de Louise Bourgeois, où l’habitat joue l’écrin à souvenirs, nos trois curatrices entament une réflexion sur la manière de vivre cet espace complexe comme un lieu de plaisir et d’intimité. Pour cela, elles s’entourent d’une douzaine d’artistes choisis par affinité ou admiration, qui apporteront subtilement leur pierre à l’édifice.

« La démarche est plus artisanale qu’artistique»

Artistes, designers, vidéastes mettent l’espace en jeu avec ludicité, discrétion et humilité. « Ce n’est pas un lieu d’exposition », précise Sophie. « Lors de la conception du projet, nous avons demandé à plusieurs personnes : quel serait l’hôtel idéal pour vous ? La plupart des réponses tournent autour de l’idée de se sentir comme à la maison ».

D’ailleurs, le thé est prêt et Anji s’émerveille d’avoir une table sur laquelle poser le plateau. sommes encore en chantier, et chaque habitant d’une nuit remplira le lieu de sa présence ». Nous sommes donc invités à intégrer l’œuvre. « On aspire à une œuvre totale, une expérience totale ».

J’arrête là la visite guidée, ne cédant pas à l’excitation de tout vous dévoiler, je vous offre juste une vision, un lit incroyable, accueillant comme un nuage, et face à vous Le Mépris de Godard et ses plans d’horizon infini. J’emprunte les mots de la fin à Vincent Loiret, l140 est « un lieu à vivre plus qu’un lieu de vie. »La roue tourne toujours. Samir sait bien que la vie est grand manège..

 

Achetez une «édition » en écrivant à hello@l140.fr
À partir de 350 euros (avec certificat d’authenticité, 1 laisser passer, 3 catalogues)
L140 – 36, rue Durantin – 75018 Paris
Site : www.l140.fr 

© Texte : Elise Monnier / Photo : DR / SR : Raphaël Bosse-Platière

La Rédac'